On ne Badine pas avec l'Amour

Alfred de Musset

Fin de l'Acte III, scène 1 : Le monologue de Perdican





Plan de la fiche sur la scène 1 de l'Acte III de On ne badine pas avec l'amour de Alfred de Musset :
Introduction
Texte de la scène
Annonce des axes
Eléments de commentaire littéraire
Conclusion


Introduction

     Dans ce monologue de On ne Badine pas avec l’Amour (Alfred de Musset), Perdican ne sait plus où il en est dans ses sentiments. Il se demande si il est amoureux de Camille, ainsi la question qui débute l’extrait va trouver une multitude de réponses au fil du monologue.

On ne badine pas avec l'amour



Texte de la scène

ACTE TROISIEME

SCENE I
EXTRAIT



[...]

PERDICAN
Je voudrais bien savoir si je suis amoureux. D'un côté, cette manière d'interroger est tant soit peu cavalière, pour une fille de dix-huit ans ; d'un autre, les idées que ces nonnes lui ont fourrées dans la tête auront de la peine à se corriger. De plus, elle doit partir aujourd'hui. Diable ! je l'aime, cela est sûr. Après tout, qui sait ? peut-être elle répétait une leçon, et d'ailleurs il est clair qu'elle ne se soucie pas de moi
D'une autre part, elle a beau être jolie, cela n'empêche pas qu'elle n'ait des manières beaucoup trop décidées, et un ton trop brusque. Je n'ai qu'à n'y plus penser ; il est clair que je ne l'aime pas. Cela est certain qu'elle est jolie ; mais pourquoi cette conversation d'hier ne veut-elle pas me sortir de la tête ? En vérité, j'ai passé la nuit à radoter. Où vais-je donc ? - Ah ! je vais au village.
Il sort.


On ne Badine pas avec l’Amour - Alfred de Musset



Annonce des axes

La structure de l’extrait
Un monologue original



Eléments de commentaire littéraire

La structure de l’extrait :

Le monologue débute par une interrogative indirecte (« je voudrais bien savoir si… ») avec pour problème si il est amoureux ou non de sa cousine. Le terme clef de la première phrase est l’adjectif « amoureux » qui annonce le thème du dilemme.
Les réponses au dilemme ponctuent le passage : « je l’aime cela est sûre » et « il est clair que je ne l’aime pas ». Dans les deux cas, nous pouvons noter la même assurance malgré que ce soit deux points de vue contradictoires. Le problème n’est donc pas résolu :
Question initiale + arguments + réponse positive
Reprise de l’argumentation + réponse négative.
Il n’y a donc pas de réelle conclusion sinon une sorte de retour à la réalité immédiat.



Un monologue original :

- Les articulations logiques :
Le monologue est en apparence bien construit. On remarque la présence de connecteur « d’un côté », « d’un autre » et « de plus ». Ce sont donc trois arguments qui agrémentent la réponse positive. Puis « après tout », « d’ailleurs » et « d’une autre part » qui conduisent à une réponse négative.
On a donc trois argumentations de chaque côté qui amènent à deux conclusions contradictoires.

- Arguments étayant la réponse :
(« Attitude cavalière » « des idées toutes faites » « le départ de Camille ») les arguments sont très proches donc comment Perdican peut aboutir à des réponses opposées.
Ce discours traduit en réalité le trouble du jeune homme et ses bouleversements sentimentaux. Camille est une véritable fascination (récurrence du mot « jolie »).
Il est troublé et ne voit pas clair dans son cœur.

- Un monologue faussement rigoureux :
Ce monologue parait argumenté mais il ne l’est pas. Il a toutes les apparences d’un monologue argumentatif (débat avec interrogations, dilemme et arguments). Cependant il n’y a pas de relation logique et pas de réelle argumentation (conclusions qui diffèrent).
La fin du passage est marquée par un retour à la réalité. (« Où vais-je donc ? ») qui souligne l’état de perturbation.
De plus Perdican n’a pas résolu son dilemme. Le monologue ne remplit donc pas sa fonction délibérative.

Pour le spectateur, la situation est cependant beaucoup plus claire : il est évident qu’il aime Camille. C’est l’absence de réponse mais aussi l’évidence de celle-ci qui rend le monologue original.





Conclusion

    Cet extrait de On ne Badine pas avec l’Amour prend la forme d’un monologue original qui montre le bouleversement du jeune homme qui ne sait plus contrôler ses sentiments. Cependant, cette agitation révèle aux spectateurs l’amour authentique qu’il éprouve pour Camille.

Retourner à la page sur On ne Badine pas avec l’Amour !
Retourner à la page sur l'oral du bac de français 2017 !
Merci à celui ou celle qui m'a envoyé cette analyse sur la scène 1 de l'Acte III de On ne badine pas avec l'amour de Alfred de Musset