Au Bonheur des dames

Emile Zola

Chapitre 13 : La mort de Geneviève

De "C'était une pitié..." à "...dans un embrassement désespéré."




Plan de la fiche sur un extrait de Au Bonheur des Dames de Emile Zola :
Introduction
Texte étudié
Annonce des axes
Commentaire littéraire
Conclusion


Introduction

    Ce texte est tiré du chapitre 13 du roman d'Emile Zola, Au Bonheur des Dames. Un matin de novembre, Denise se rend chez les Baudu. Sa cousine Geneviève est à l’agonie : Colomban, son fiancé, l’a quittée, tandis que le commerce de son père court inéluctablement à la faillite.



Texte étudié


C'était une pitié. La chambre de la jeune fille donnait sur la cour, une petite chambre où tombait une clarté livide.
D'abord, les parents avaient couché la malade dans leur propre chambre, sur la rue ; mais la vue du Bonheur des Dames, en face, la bouleversait, et ils avaient dû la ramener chez elle. Là, elle était allongée, si fluette sous les couvertures, qu'on ne sentait même plus la forme et l'existence d'un corps.
Ses maigres bras, brûlés de la fièvre ardente des phtisiques, avaient un perpétuel mouvement de recherche anxieuse et inconsciente ; tandis que ses cheveux noirs, lourds de passion, semblaient s'être encore épaissis et mangeaient de leur vie vorace son pauvre visage, où agonisait la dégénérescence dernière d'une longue famille poussée à l'ombre, dans cette cave du vieux commerce parisien.
Cependant, Denise, le coeur crevé de commisération, la regardait. Elle ne parlait pas, de peur de laisser couler ses larmes. Enfin, elle murmura :
- Je suis venue tout de suite... Si je pouvais vous être utile ?
Vous me demandiez... Voulez-vous que je reste ?
Geneviève, l'haleine courte, les mains toujours errantes dans les plis de la couverture, ne la quittait pas des yeux.
- Non, merci, je n'ai besoin de rien... Je voulais seulement vous embrasser.
Des pleurs gonflèrent ses paupières. Alors, Denise, vivement, se pencha, la baisa sur les joues, toute frissonnante de se sentir aux lèvres la flamme de ces joues creuses. Mais la malade l'avait prise, et elle l'étreignait, et elle la gardait dans un embrassement désespéré.

Au Bonheur des Dames - Emile Zola - Extrait du chapitre 13



Annonce des axes

I. Une description réaliste
1. Le cadre
2. Les signes de la maladie
3. Une précision médicale

II. Une atmosphère pathétique
1. Les marques du désespoir
2. Les dernières paroles
3. La maladie de la mort

III. Portée symbolique de la scène
1. La mort du petit commerce
2. Une dépossession totale
3. Denise ou les ambiguïtés



Commentaire littéraire

I. Une description réaliste

1. Le cadre

Zola multiplie les détails morbides : une "clarté livide" nimbe une chambre déjà mortuaire, saturée par le champ lexical de l’obscurité. Le lit semble absorber le corps de Geneviève, comme un tombeau, à tel point "qu’on ne sentait même plus la forme et l’existence d’un corps".

2. Les signes de la maladie

Zola accumule les notations réalistes ("maigres bras", "l’haleine courte", "les mains toujours errantes", "les joues creuses", etc.).

3. Une précision médicale

On note certains détails (ainsi des membres de Geneviève parcourus de "mouvement de recherche anxieuse et inconsciente") qui tendent à prouver que Zola décrit avec la précision d’un médecin les symptômes de la phtisie.


II. Une atmosphère pathétique

1. Les marques du désespoir

Deux expressions insistent sur le pathétique de la scène : la phrase qui introduit la description ("C’était une pitié") et l’expression surlignée par une allitération "le cœur crevé de commisération". On note également la répétition insistante des larmes et des pleurs.

2. Les dernières paroles

Face à la mort, la parole s’avoue vaine : Geneviève n’attendait Denise que pour l’étreindre une dernière fois. Les phrases en discours direct sont le plus souvent exclamatives et interrompues ("Vous me demandiez...").

3. La maladie de la mort

L’emprise fatale de la maladie est soulignée par une personnification : les "cheveux noirs" de Geneviève "semblaient s’être encore épaissis et mangeaient de leur vie vorace son pauvre visage".


III. Portée symbolique de la scène

1. La mort du petit commerce

Par le biais d’une subordonnée de lieu ("où agonisait"), le "pauvre visage" de Geneviève devient l’allégorie de "la dégénérescence dernière d’une longue famille poussée à l’ombre, dans cette cave du vieux commerce parisien". Cette référence à la dégénérescence est chargée de connotations darwiniennes : dans le contexte du struggle for life, les forts survivent et les faibles disparaissent faute d’avoir su s’adapter à temps.

2. Une dépossession totale

Geneviève rend le Bonheur des Dames coupable de tous ses maux : la fuite de son fiancé pour suivre une des vendeuses et la faillite de l’entreprise familiale. Raison pour laquelle "la vue du Bonheur des Dames, en face, la bouleversait, et [qu’] ils avaient dû la ramener chez elle", dans sa chambre sur la cour, sombre et hors du monde.

3. Denise ou les ambiguïtés

Zola accentue le contraste entre les deux jeunes femmes : au cours de leur ultime étreinte, Denise embrasse Geneviève et est "toute frissonnante de se sentir aux lèvres la flamme de ces joues creuses". L’emploi d’un "et" lyrique en fin de passage ("Mais la malade l’avait prise, et elle l’étreignait, et elle la gardait...") souligne le dilemme de Denise, déchirée entre son adhésion sociale (et amoureuse) pour les grands magasins et ses sentiments familiaux.





Conclusion

     Dans cet extrait deAu Bonheur des Dames, à travers la mort de Geneviève, c’est tout le petit commerce qui agonise, victime d’un darwinisme social qui donne à cette scène pathétique une dimension symbolique, et qui annonce, à travers le personnage de Denise, la progressive fusion de l’intrigue sociale et de l’intrigue amoureuse.

Retourner à la page sur Au Bonheur des Dames - Zola !
Retourner à la page sur l'oral du bac de français 2017 !
Merci à celui ou celle qui m'a envoyé cette analyse sur un extrait de Au Bonheur des Dames de Zola