L’histoire a pour égout des temps comme les nôtres

Victor Hugo

Les Châtiments - Livre troisième : la famille est restaurée - XIII





Plan de la fiche sur L’histoire a pour égout... de Victor Hugo :
Introduction
Texte étudié
Annonce des axes
Commentaire littéraire
Conclusion




Introduction

    Ce poème est extrait du livre III de Les Châtiments de Victor Hugo, il en est la treizième pièce et il fait donc partie du premier mouvement, celui qui vise essentiellement à dénoncer les méfaits du régime impérial. Il en a le pessimisme et la noirceur, et il représente ainsi la veine satirique du recueil. Ce poème peut être mis en correspondance avec d’autres poèmes du même registre et notamment « L’égout de Rome » (VII, 4). Ce sont les mêmes termes qui sont employés dans les 2 poèmes (« l’égout », Rome décadente représentée par Trimalcion).
    L’essentiel du poème est organisé autour d’une scène d’orgie et le poète s’attarde dans une description qui très vite prend une valeur symbolique et se met au service de la satire.

Victor Hugo
Victor Hugo



Texte étudié

XIII

L'histoire a pour égout des temps comme les nôtres,
Et c'est là que la table est mise pour vous autres.
C'est là, sur cette nappe où joyeux vous mangez,
Qu'on voit, - tandis qu'ailleurs, nus et de fers chargés,
Agonisent, sereins, calmes, le front sévère,
Socrate à l'agora, Jésus-Christ au calvaire,
Colomb dans son cachot, Jean Huss sur son bûcher,
Et que l'humanité pleure et n'ose approcher
Tous ces gibets où sont les justes et les sages, -
C'est là qu'on voit trôner dans la longueur des âges,
Parmi les vins, les luths, les viandes, les flambeaux,
Sur des coussins de pourpre oubliant les tombeaux,
Ouvrant et refermant leurs féroces mâchoires,
Ivres, heureux, affreux, la tête dans des gloires,
Tout le troupeau hideux des satrapes dorés ;
C'est là qu'on entend rire et chanter, entourés
De femmes couronnant de fleurs leurs turpitudes,
Dans leur lasciveté prenant mille attitudes,
Laissant peuples et chiens en bas ronger les os,
Tous les hommes requins, tous les hommes pourceaux,
Les princes de hasard plus fangeux que les rues,
Les goinfres courtisans, les altesses ventrues,
Toute gloutonnerie et toute abjection,
Depuis Cambacérès jusqu'à Trimalcion.

4 février 1853.

Victor Hugo
Les Châtiments - Livre troisième




Annonce des axes

I. La scène d’orgie
II. Dimension symbolique
III. La satire



Commentaire littéraire

I. La scène d’orgie

Nous avons affaire à une sorte de tableau (Géricault ou Delacroix). L’organisation de ce tableau : composition et couleur. Il s’agit d’une scène de banquet. Le pluriel : « tous les hommes », « satrapes dorés ». Au centre, il y a les personnages qui festoient et les personnages acteurs entourés de femmes. Il y a des couleurs de la peinture romantique : les ors, les peintures font contraste avec le noir. Opposition entre l’altitude, représentée par l’or, en dessous (le rouge : le pourpre, la viande, le vin) et en bas le sombre du peuple. Les détails qui connotent le luxe sont « les coussins », « les viandes », « les lumières » et « les ors » et « les fleurs ».
L’orgie est un terme ambivalent. L’orgie est un festin religieux. On voit évoluer le concept d’orgie jusqu'à être un trait distinct de la société en perdition => adjectifs péjoratifs
Gloutonnerie => abjection.
Il y a une image animale (« requin », « pourceaux »). Jeu des mâchoires qui renvoie à la bestialité. Il y a toutes les valeurs péjoratives attachées à la férocité.
Dans cette société en décadence, même le peuple est perverti => connotation de la bassesse (le peuple qui, comme le chien se contente des os).


II. Dimension symbolique

La bassesse est évoquée au sens littéral du texte. La fange est symbole de bassesse.
Les allégories : « la tête dans les gloires », « l’humanité pleure ».
Soit les actions se déroulent une fois, soit elles sont itératives. Ici, la scène est itérative (habituelle). La scène se passe plusieurs fois. Le présent a une valeur itérative. L’infinitif a également une valeur itérative. Indétermination du témoin : « on » => l’humanité a vu, voit et verra toujours cette scène. Plus une scène est itérative, plus elle décolle de la réalité. La représentation de l’histoire : catégorie historique. Il y a des victimes, surtout victimes de leurs idées (« Colomb », « Jean Hus »). Jésus Christ et Socrate sont mystiques. Il y a une mise en parallèle entre mythe et personnages historiques. L’histoire est traitée pour sa valeur symbolique. Schéma simplifié de l’histoire. La disposition des idées dans le poème est plastique.
Le tout est encadré par la métaphore de l’égout (qui traverse les Châtiments). Les ordures se jettent aux égouts et immanquablement l’eau va emporter tout ce qu’il s’est passé. Idée péjorative mais aussi porteuse d’espoir.


III. La satire

Ici, la forme satirique est sèche et fonctionne comme un lance-pierre.
La forme énonciative : alternance de discours et de description. L’énonciation satirique veut influencer l’autre mais aussi le dénoncer en mettant l’accent sur les points les plus vicieux de son comportement. « Les nôtres », « vous autres ». Pour le poète, le monde est divisé en deux camps. Le « vous » est exclusif. Les 2 camps sont divisés par deux adverbes de lieux (« ici » et « ailleurs »). Le présent des 3 premiers vers est un présent d’énonciation. Puis au vers 4, le présent a une valeur de généralité. La forme énonciative a une valeur de généralité. La forme énonciative a une valeur symbolique puissante. L’antithèse est au service de l’énonciation.
L’énumération est typique de la satire. Il y a une énumération dans les 2 camps (aussi, les anaphores). L’hyperbole passe par un emploi des adjectifs, substantifs, quantificateurs (tous, mille, le pluriel...)
L’hyperbole participe à la volonté d’agrandissement. Le « r »pour « rire » et « chanter ».





Conclusion

    Festin gigantesque et orgiaque. «  L’histoire a pour égout des temps comme les nôtres » nous donne un exemple de la satire. Vision puissante rapide et fulgurante. Ce thème sera repris dans l’un des derniers poèmes du recueil (« L’égout de Rome »).

Retourner à la page sur Les Châtiments - de Victor Hugo !
Retourner à la page sur l'oral du bac de français 2017 !
Merci à celui ou celle qui a réalisé cette analyse de L’histoire a pour égout... de Victor Hugo