Biographie de Marivaux


MARIVAUX, Pierre Carlet Chamblain de

(Paris 1688 - id. 1763)

Marivaux



      Il commença sa carrière littéraire en publiant d'abord un récit puis un roman parodique sur le modèle des épopées burlesques du XVIIème siècle ainsi que des Lettres sur les habitants de Paris. Ruiné par la banqueroute de Law, il se consacra entièrement à la littérature pour subvenir à ses besoins. Dès lors, sa vie se confondit dans une large mesure avec son œuvre de dramaturge et de romancier.
    L'œuvre de Marivaux s'organise autour d'une question centrale, celle de la sincérité, développée tout au long de sa carrière de dramaturge, mais aussi de moraliste et de romancier. En une vingtaine d'années, il renouvela profondément le registre de la comédie, approfondissant sa réflexion sur les motifs de l'amour-propre, de la tromperie ou de l'imposture, dont il analysa les innombrables variations dans ses pièces de théâtre où la subtilité et la légèreté cachent, le plus souvent, une extrême gravité. Marivaux a, en rupture avec Molière, renouvelé le genre de la comédie en la fondant sur l’amour naissant traduit en un langage délicat, un jeu de séduction par le langage, par la suite appelé « marivaudage ».
    Marivaux est un polygraphe : il est non seulement l’auteur de pièces de théâtre mais aussi de romans (La vie de Marianne et Le paysan parvenu) et, en tant que journaliste, d’articles de presse écrite. Inscrit dans la lignée des moralistes du XVIIème siècle, comme La Bruyère, La Rochefoucauld, et de leurs devanciers que sont Montaigne et Pascal, le théâtre de Marivaux soulève l'éternelle question de la transparence du cœur. Les ruses du langage, de l'amour-propre, de l'imagination, de l'orgueil caractérisent les dialogues de ses pièces, et les subtiles dissertations sentimentales de ses personnages ne sont jamais éloignées d'une réflexion amère sur l'ambiguïté et la violence des relations sociales.
    Membre de l’Académie française, il est l’auteur de La surprise de L’Amour (1722), de La double Inconstance, du Jeu de l’Amour et du Hasard (1730), de Les Fausses Confidences (1737).
    Par l'emploi éminemment théâtral des thèmes du déguisement et du jeu, son œuvre dramatique semble être dans le droit fil de la tradition italienne et espagnole du romanesque baroque. Le thème du masque et sa fonction de révélateur sont également au centre de sa création romanesque.
    Sans doute est-ce pour cette raison, aussi, que les œuvres de cet auteur si typique du XVIIIème siècle ont gardé une telle actualité.


        D'autres fiches sur Marivaux :

                Marivaux et son temps
                Marivaux et la contestation sociale


        Et sur ses œuvres :

                L'Île des esclaves
                Les Fausses confidences
                Le jeu de l'amour et du hasard



Retourner au choix des biographies !
Retourner à la page sur l'oral du bac de français !