La ballade des pendus

François Villon, Poésies diverses





Introduction

     La poésie lyrique, expression poétique des sentiments personnels, s'ancre dans la subjectivité car elle touche à l'universel, au-delà du moi auquel elle semblait d'abord se restreindre. Les poèmes de François Villon, bien que subjectifs, ne peuvent être considérés comme une forme de poésie personnelle tant la fiction s'y mêle à l'autobiographie.
     L'Epitaphe Villon, ou La Ballade des pendus, considéré comme le testament du poète (il l'écrit alors qu'il s'attend à être pendu), est l'expression d'une émotion sincère justifiée par l'existence tourmentée du poète. Mais Villon y donne la parole à des pendus fictifs qui proclament l'universalité du genre humain, invitant ainsi le destinataire à s'identifier au sujet de l'énonciation et à se placer sous le regard de Dieu.
     En quoi ce poème est-il une expression originale du lyrisme ?


Lecture du poème


Télécharger La ballade des pendus (ou épitaphe Villon) en version mp3 (clic droit - "enregistrer sous...")
Lu par René Depasse- source : litteratureaudio.com


Frères humains, qui après nous vivez,
N'ayez les coeurs contre nous endurcis,
Car, si pitié de nous pauvres avez,
Dieu en aura plus tôt de vous mercis.
Vous nous voyez ci attachés, cinq, six :
Quant à la chair, que trop avons nourrie,
Elle est piéça dévorée et pourrie,
Et nous, les os, devenons cendre et poudre.
De notre mal personne ne s'en rie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

Se frères vous clamons, pas n'en devez
Avoir dédain, quoique fûmes occis
Par justice. Toutefois, vous savez
Que tous hommes n'ont pas bon sens rassis.
Excusez-nous, puisque sommes transis,
Envers le fils de la Vierge Marie,
Que sa grâce ne soit pour nous tarie,
Nous préservant de l'infernale foudre.
Nous sommes morts, âme ne nous harie,
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

La pluie nous a débués et lavés,
Et le soleil desséchés et noircis.
Pies, corbeaux nous ont les yeux cavés,
Et arraché la barbe et les sourcils.
Jamais nul temps nous ne sommes assis
Puis çà, puis là, comme le vent varie,
A son plaisir sans cesser nous charrie,
Plus becquetés d'oiseaux que dés à coudre.
Ne soyez donc de notre confrérie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

Prince Jésus, qui sur tous a maistrie,
Garde qu'Enfer n'ait de nous seigneurie :
A lui n'ayons que faire ne que soudre.
Hommes, ici n'a point de moquerie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

Villon, Epitaphe Villon ou ballade des pendus




Annonce des axes d'étude

     Nous étudierons d'abord le rapprochement de plusieurs mondes, puis la portée esthétique et enfin la portée morale de ce texte.


Etude méthodique :

I – Le rapprochement de plusieurs mondes

1- La situation d'énonciation

- Emploi du pronom « nous » pour évoquer l'énonciateur : « nous » désigne les pendus (1-12;15-17) ou leurs os (8), l'énonciation prend alors la forme d'une prosopopée. « nous » désigne je + d'autres. Le fait que « je » ne soit pas mis ici en exergue fait de ce poème un lyrisme particulier, pourtant le titre du poème « épitaphe Villon » nous amène à identifier le poème comme le dernier discours d'un des pendus : Villon.
- Présence d'un double destinataire : le lecteur « frères humains » (1-11), « vous » et « tous » (31), « hommes » (34), mais aussi Dieu, mentionné dans l'envoi (31).

=> Le poème est un discours d'outre-tombe, les morts parlent tels des vivants.


2- Appel à la compassion


- Evocation des souffrances endurées (champ lexical de la souffrance) « notre mal » (9), « les yeux cavés » (23), « arraché la barbe et les sourcils » (24), « plus becqueté d'oiseau que dés à coudre » (28).
- Lexique de l'affectivité « n'ayez les coeurs contre nous endurcis » (1), « pitié » (3), « mercis » (4) et rejet de l'indifférence et de la moquerie (9-11/12-19-34).

=> Cet appel à la compassion conduit à un rapprochement du destinataire et du locuteur.

3- Villon, porte-parole

- Le poème est structuré par la présence de connecteurs logiques qui révèle son caractère argumentatif. Le discours est moins tourné vers l'intériorité du locuteur qu'ouvert à d'autres destinataires.
- Les effets de rapprochement entre locuteurs et destinataires font que Villon apparaît d'abord comme le porte-parole des pendus, puis celui de tout condamné à mort et finalement de toute personne amenée à vivre l'expérience de la mort.

=> Villon se présente donc dans ce poème comme un porte parole.

Épitaphe Villon marque le rapprochement de plusieurs mondes, celui des vivants et celui des morts, allant parfois, nous le verrons, jusqu'à les intervertir.

II - Portée esthétique du poème

1- Appel désespéré, sort incertain

- Effet expressif produit par les procédés d'insistance (accumulations, emploi du passé composé, et du présent (8-27) – valeur durative du présent et événement passé dont les effets sont encore sensibles dans le présent pour le passé composé – structure comparative (28))
- Evocation des suppliciés qui s'apparente à une plainte, locuteurs présentés comme des victimes impuissantes (locuteurs désignés par des pronoms en complément d'objet et en sujet de phrases négatives + compléments de temps insistants sur la durée du châtiment : « piéça » (7), « jamais nul temps » (25), « sans cesser » (27))

=> Locuteurs lancent un appel désespéré qui apporte une sensibilité esthétique au poème

2- Évocation des suppliciés

- Evocation sans détour de la mort, les corps des pendus sont des objets sur le point d'être détruits.
- Cette déshumanisation est accompagnée par le champ lexical de la souffrance comme pour mieux en révéler le paroxysme : une souffrance inhumaine « dévorée et pourrie » (7 et 8) « débués et lavés » (21).
- Insistance produite par le rythme binaire et le préfixe privatif de indiquant la décomposition.
- Evocation récurrente de la mort « fumes occis » (12), « sommes transis » (15), « sommes morts ».

=> L'évocation des suppliciés est pathétique, et pourtant, esthétique.

3- Musicalité

- La forme du poème : une ballade, est la forme la plus célèbre du lyrisme médiéval, directement inspirée de la musique et de la danse.
- Elle consiste en trois strophes identiques (dizaine de décasyllabes) suivies d'un envoi. Chaque strophe s'achève par un refrain (10-20-30-35).
- Le refrain fait entendre un effet de rythme propre au chant et le retour lancinant d'une plainte.
- rimes ababb//ccdcd répétées 3 fois et l'envoi ccdcd impriment au poème le même effet lancinant propre à la complainte.

=> L'épitaphe Villon est imprégné de musicalité qui complète son effet esthétique.

L'épitaphe Villon comporte donc une portée esthétique, situation exacerbée de l'expression lyrique.


III – Portée morale du poème

1- Un poème religieux

- Appel insistant à la prière est un appel à la réflexion sur l'humanité et la médiation sur la mort. L'imploration du poète révèle une faiblesse des hommes et suggère un modus vivendi fondé sur la solidarité et la charité (11-14), la vertu (29) et l'humilité symbolisée par la prière (10;11-13;15-18).
- La représentation de la mort dans L’Epitaphe Villon est celle de la religion chrétienne, les pécheurs qui ne reçoivent pas le pardon vont en enfer dont leur supplice donne un avant goût (18-22-33).
- Villon marque la supériorité de l'âme sur le corps, sa décomposition est le signe de la corruption humaine, la seule éternité est dans la vie spirituelle.

=> L'épitaphe Villon comporte une dimension religieuse, reflet de l'époque à laquelle il a été écrit et qui lui donne une portée morale.

2- Le paradoxe de l'échange morts/vivants


- Chiasme « car si pitié de nous pauvres avez,
pas ne devez en avoir dégoût » le poète proclame ainsi l'universalité du genre humain placée sous le regard de Dieu.
- Contraste et paradoxe entre les pendus aux valeurs presque humanistes et les vivants présentés comme des bourreaux, paradoxe entre les pendus qui s'expriment et les vivants muets dans ce poème, paradoxe entre la danse macabre provoquée par le vent et l'immobilité des vivants.

=> Le poète n'est pas isolé, le rapprochement locuteurs/destinataires atteint son paroxysme lorsque Villon les mêle et les intervertit, appelant une réflexion et une forme d'humilité.

3- Memento Mori

Memento mori est une expression latine qui signifie « Souviens-toi que tu es mortel » l'évocation pathétique de la situation du poète et des pendus constituent pour l'homme un rappel de sa condition de mortelle. Comme dans la tradition antique, ce poème constitue un véritable memento mori, à l'origine d'une réflexion plus générale sur la condition et l'action humaines ainsi que sur le sens de la mort.


Conclusion

     En plus de l'aspect esthétique, La Ballade des pendus comporte une dimension morale.
     L'image du poète pendu dans ce poème est particulièrement pathétique car elle nourrit les formes apparentes du lyrisme en lui donnant une dimension biographique, personnelle et en instaurant un dialogue privilégié avec le lecteur, témoin compatissant des souffrances endurées auxquelles elle donne, à travers le rythme et la musicalité de la ballade, les modulations de la plainte.
     Mais ici, le lyrisme s'affirme déjà comme l'expression d'une expérience universelle, vecteur d'une pensée philosophique et morale, allant bien au-delà du moi auquel elle semblait a priori se restreindre.

 



Retourner à la page sur l'oral du bac de français !


Merci à celui ou celle qui m'a envoyé cette fiche