Ciel, air et vents

Pierre de Ronsard - Premier livre des Amours







Introduction

     Ce sonnet Ciel, air et vents de Pierre de Ronsard reprend un thème fréquent chez les les pétarquistes. Sa composition est assez remarquable. Il n'est en effet constitué que d'une seule phrase distribuée entre les quatrains et les tercets.
     C'est d'abord une invocation émue, adressée aux différents aspects du paysage auxquels se confie le poète. Il leur expose l'incident qui cause son désarroi et ses regrets malheureux puis les supplie d'intercéder en sa faveur.

Ronsard
Pierre de Ronsard


Texte du poème Ciel, air et vents


Télécharger Ciel, air et vents en version audio (clic droit - "enregistrer sous...")
Lu par René Depasse- source : litteratureaudio.com

Ciel, air et vents, plains et monts découverts,
Tertres vineux et forêts verdoyantes,
Rivages torts et sources ondoyantes,
Taillis rasés et vous bocages verts,

Antres moussus à demi-front ouverts,
Prés, boutons, fleurs et herbes roussoyantes,
Vallons bossus et plages blondoyantes,
Et vous rochers, les hôtes de mes vers,

Puis qu'au partir, rongé de soin et d'ire,
A ce bel oeil Adieu je n'ai su dire,
Qui près et loin me détient en émoi,

Je vous supplie, Ciel, air, vents, monts et plaines,
Taillis, forêts, rivages et fontaines,
Antres, prés, fleurs, dites-le-lui pour moi.

     Pierre de Ronsard, Premier livre des Amours



Annonce des axes

I. Les caractéristiques de la nature
II. La stratégie du détour
III. La signification du retour



Commentaire littéraire

I. Les caractéristiques de la nature

La description de la nature est amplifiée (elle occupe 11 vers sur 14). Cette nature est détaillée car il y a juxtaposition de toutes les composantes de la nature "plaines, monts, forêts". Il s'agit d'une nature ordonnée car on va de l'élément le plus vaste "ciel" à l'élément le plus restreint "bouton".
La nature est accueillante car elle est présentée avec des couleurs et parce qu'elle est ouverte "Monts découverts" "à demi-front ouverts". La description donne une impression de mouvement "air et vent" "torts et ondoyante". Elle est épanouie et fraîche "boutons et fleurs".
Cette évocation de la nature est très subjective car l'importance est donnée à ce que les sens transmettent au poète.
Ronsard évoque ce qui se montre. Mais ce qui se cache, ce qui se dérobe, ce qui se refuse, il l'oppose dans sa description. Ce jeu d'opposition dans la description de la nature imite la séduction. Lorsque que le poète s'adresse à la nature, c'est donc indirectement qu'il s'adresse à une femme.


II. La stratégie du détour

Il convient donc d'étudier les moyens détournés que le poète utilise pour s'adresser à la femme :

- Simplicité du message du vers 14 "dites-le-lui pour moi".

- Cette accumulation d'apostrophes souligne l'opposition entre la multiplicité des éléments interpelés et la simplicité du poème.
Ces apostrophes sont reprises dans le 2ème tercet, mais cette fois dépouillées de toute caractérisation.
Recherche des faits rythmiques : rythmes binaires 2, 3 et 4 repris en 7 et 8. Rupture du rythme vers 1 et 5 et entre le 1er et le 2ème tercet.
Construction parallèle du vers 1 et du vers 6, des vers 2, 3 et 7, même construction.

- Des oppositions syntaxiques : 1er et 2ème quatrains et 2ème tercet : juxtaposition et coordination.
1er tercet : subordination, elle souligne l'opposition entre une nature libre et le poète qui est démuni.
Opposition lexicale tient dans le vocabulaire employé pour décrire la nature insiste sur son aspect agréable.


III. La signification du retour

Le poème constitue une question sur l'écriture poétique. En effet, l'expression poétique est le seul mode d'expression.
Le "je" est prisonnier, enfermé dans le centre du texte, incapable d'exprimer son amour.
Les pouvoirs du poète, il devient ainsi par l'écriture un interlocuteur privilégié de la nature avec laquelle il instaure un dialogue.




Conclusion

     Dans la tradition pétrarquiste, Ronsard s'adresse à la nature pour devenir son interprète auprès de la femme aimée à propos d'un incident qui, pour un soupirant malheureux, prennent les propositions d'un drame et bouleverse sont cœur.
     Malgré la recherche qui pourrait paraître conventionnelle, le poète laisse une impression de vérité, elle est due à l'art avec lequel Ronsard esquisse en quelques mots les traits essentiels d'un paysage qui lui est cher et à l'éloquence d'une phrase ample et cadencée.

Retourner à la page sur l'oral du bac de français 2017 !
Merci à Alain pour cette analyse de Ciel, air et vents de Ronsard