La Mort Fervente

Anna de Noailles





Plan de la fiche sur La Mort Fervente de Anna de Noailles :
Introduction
Texte du poème La Mort Fervente
Annonce des axes
Commentaire littéraire
Conclusion


Introduction

    La mort est un thème lyrique qui a inspiré les poètes les plus divers, de Villon aux grands romantiques comme Lamartine et Victor Hugo. Or, dans La Mort Fervente, poème composé de 4 quatrains qu'elle publie en 1901 dans son recueil Le cœur innombrable, Anna de Noailles (1876-1933) renouvelle complètement ce thème devenu banal.


Texte du poème La Mort Fervente

La Mort Fervente

Mourir dans la buée ardente de l'été,
Quand parfumé, penchant et lourd comme une grappe,
Le coeur, que la rumeur de l'air balance et frappe,
S'égrène en douloureuse et douce volupté.

Mourir, baignant ses mains aux fraîcheurs du feuillage,
Joignant ses yeux aux yeux fleurissants des bois verts,
Se mêlant à l'antique et naissant univers,
Ayant en même temps sa jeunesse et son âge,

S'en aller calmement avec la fin du jour ;
Mourir des flèches d'or du tendre crépuscule,
Sentir que l'âme douce et paisible recule
Vers la terre profonde et l'immortel amour.

S'en aller pour goûter en elle ce mystère
D'être l'herbe, le grain, la chaleur et les eaux,
S'endormir dans la plaine aux verdoyants réseaux,
Mourir pour être encor plus proche de la terre...

   Anna de Noailles - Le cœur innombrable - 1901


Anna de Noailles
Portrait de la comtesse Anna de Noailles, 1913
par Ignacio Zuloaga (1870-1945) - Bilbao, Museo de Bellas Artes de Bilbao


Annonce des axes

I. Une mort sereine et voluptueuse
A) Une mort sereine
B) Une mort voluptueuse et fervente

II. Une communion panthéiste avec la vie universelle
A) La mort comme fusion avec la nature
B) Le rôle des métaphores
C) La mort niée



Commentaire littéraire

I. Une mort sereine et voluptueuse

A) Une mort sereine

1) Le lexique

"paisible", "calmement ".

2) Les euphémismes

Euphémisme = cas particulier de la litote.

Ex : "s’en aller", "s’endormir", "reculer".

Le tragique de la mort est évacué. La mort est présentée comme un simple départ et un sommeil.

3) L'adoucissement des termes qui suggèrent la souffrance

"douloureuse et douce volupté".

4) Le choix de l'alexandrin

Rythme assez lent, serein, avec la césure à l’hémistiche.


B) Une mort voluptueuse et fervente

1) Une mort fervente

Répétition anaphorique des infinitifs : "Mourir" et "Sentir", "S’en aller"<=> expression du souhait : la mort est désirée.

2) Une mort voluptueuse

Lexique des sensations : "goûter", "sentir"
- sensations visuelles : couleur verte de la végétation, couleur dorée du crépuscule.
- sensations olfactives : cœur parfumé.
- sensations auditives : rumeur de l’air.
- changement de température : fraîcheur/chaleur.

-> synesthésie mettant l’accent sur la volupté de la mort, le plaisir des sens


II. Une communion panthéiste avec la vie universelle

Panthéisme : croyance selon laquelle Dieu et la nature ne font qu'un.

La mort est présentée non pas comme une rupture avec la vie, mais comme une communion avec la nature universelle.

A) La mort comme fusion avec la nature

1) Le lexique de la fusion

"mêlant", "joignant", "baignant".

2) Les compléments circonstanciels de lieu et de temps

Très nombreux.

Exemples :
- lieu : "dans la buée ardente de l ‘été", "dans la plaine…"
- temps : "quand parfumé…", "été", "avec la fin du jour"

-> harmonie avec la nature

3) La construction de la strophe 2

Succession de participes présent <=> simultanéité.

4) Le choix du moment

Le crépuscule, pour mourir en même temps, avec le jour; pour accompagner son agonie.

B) Le rôle des métaphores

1) La métaphore de la grappe

D’abord une comparaison : "comme une grappe".

Puis métaphores : "penchant et lourd", "balance et frappe", "s’égrène"

Allitérations en [c] et en [d] <=> battements répétés du cœur.

2) La personnification des bois

"yeux fleurissants des bois verts"-> jeu sur la polysémie du mot "yeux".

-> impression de fusion entre l’homme et la nature : la nature s’"humanise" et l’homme devient nature.

C) La mort niée

1) Le choix de la saison

= Été ou printemps. La nature est en plein épanouissement.

Ex : "verdoyants réseaux". Participes présents <=> épanouissement.

2) Une vie sans cesse renaissante

Cycle de la nature.

Chiasme vers 7-8 : "antique et naissant univers".

"sa jeunesse et son âge"

-> insiste sur le caractère éternel et sans cesse nouveau de la nature.

Rimes claires : [age] et [ers].

3) Une révélation

"mystère" : aspect initiatique.

On meurt pour découvrir les secrets les plus profonds de la nature.




Conclusion

    La mort fervente est poème sur la mort mais c'est en réalité un hymne à la vie. La mort qui ouvre une porte sur la fusion avec la nature même.

Retourner à la page sur l'oral du bac de français 2017 !
Merci à celui ou celle qui a réalisé cette analyse de La Mort Fervente de Anna de Noailles