Le Cid

Corneille

Résumé




Le Cid, de Pierre Corneille est une tragi-comédie. C'est une pièce de théâtre en vers. La première représentation a eu lieu en décembre 1636 ou janvier 1637.

Texte complet de Le Cid - Corneille

Les personnages

Don Rodrigue, fils de Don Diègue et amant de Chimène. Cid est un surnom de guerre qui ne sera rappelé qu’aux actes IV et V et uniquement par le roi et l’Infante.
Chimène, fille de Don Gomès.
Don Gomès (le comte), comte de Gormas et père de Chimène.
Don Diègue (de Bivar), père de don Rodrigue.
Doña Urraque (l’Infante), Infante de Castille (secrètement amoureuse de Rodrigue).
Don Fernand, premier Roi de Castille.
Don Sanche, amoureux de Chimène.
Elvire, gouvernante de Chimène.
Léonor, gouvernante de l'Infante.
Don Arias et don Alonse, gentilshommes castillans.


Résumé du Cid

La scène se déroule à Séville.

ACTE I

Elvire, la gouvernante de Chimène, apprend à celle-ci que le comte (son père) approuve son choix d'épouser Rodrigue (scène 1). Elle tente aussi d'écarter les doutes de Chimène quant à son accès au bonheur. L'Infante de Castille qui est une amie de Chimène a contribué à unir les deux amants, mais elle avoue qu'elle aime Rodrigue, et ce malgré leur différence de rang social (scène 2).
Le comte et don Diègue sont rivaux car le roi vient de nommer don Diègue gouverneur du prince de Castille. Don Diègue veut cesser de se quereller et évoque le mariage de leurs enfants. Une dispute éclate et don Diègue insulte le comte : "Qui n'a pu l'obtenir ne le méritait pas" (scène 3). Don Diègue est hors de lui, il doit se venger (scène 4). Il demande à son fils Rodrigue de le venger en combattant le père de Chimène (scène 5). Le dilemme cornélien apparaît avec la conclusion suivante de Rodrigue : "Courons à la vengeance" (scène 6).


ACTE II
Le comte ne regrette pas son geste et ne craint pas la colère du roi (scène 1). Rodrigue retrouve l'offenseur de son père et réussit à le convaincre de se battre avec lui (scène 2). Chimène, en visite chez l'Infante, craint que Rodrigue ne tue son père ou ne soit tué par lui. L'Infante propose d'emprisonner Rodrigue pour éviter l'irréparable. Chimène accepte (scène 3). Hélas, il est trop tard. Un page annonce qu'on a vu le comte et Rodrigue partir ensemble (scène 4). La passion de l'Infante pour Rodrigue se réveille. Tout en pleignant Chimène, elle imagine que la gloire qui auréolerait le vainqueur du comte, célèbre guerrier, permettrait à une infante de l'épouser (scène 5).
Le roi, de son côté, informé de l'insolence de don Gomès, est décidé à le punir. Il s'inquiète également de la présence de quelques navires à proximité des côtes espagnoles (scène 6). Un messager vient annoncer la mort du comte, tué par Rodrigue. On apprend que Chimène souhaite rencontrer le roi (scène 7).
Chimène arrive éplorée et demande justice au roi. Ce dernier ne lui dit pas quelle va être sa décision (scène 8).


ACTE III
Rodrigue, après le duel, cherche à voir Chimène. Elvire lui demande de se cacher, lui déconseillant cette entrevue (scène 1).
Chimène arrive et se lamente de la mort de son père et du fait qu'elle n'arrive pas à haïr son assassin. Son honneur l'oblige à se venger, son amour lui impose de pardonner (scène 3).
Rodrigue réapparaît et s'offre à la vengeance de Chimène. Elle refuse de lui donner la mort : "Va, je ne te hais point." (scène 4).
Pendant ce temps, don Diègue cherche son fils en se plaignant qu'on ne peut jamais être pleinement heureux (scène 5). Il rencontre Rodrigue qui reçoit tièdement ses louanges. Il souhaite être seul pour pouvoir réfléchir à ses malheurs. Son père lui dit que ce n'est pas le moment car les Maures sont sur le point d'envahir la ville (scène 6).


ACTE IV
Elvire rapporte à Chimène que tout le monde parle du héros Rodrigue et raconte ses exploits dans la bataille contre les Maures. Chimène tente de ne pas oublier ses devoirs et de ne pas céder à son amour (scène 1).
L'Infante déconseille à Chimène de poursuivre son vœu de vengeance : "Tu poursuis en sa mort la ruine politique" (scène 2).
Le roi reçoit Rodrigue en héros et lui demande un récit de bataille : " Nous partîmes cinq cents ; mais par un prompt renfort  / Nous nous vîmes trois mille en arrivant au port, " (scène 3).
Chimène vient demander justice au roi. Le roi fait sortir Rodrigue (scène 4) et fait ensuite croire à Chimène que Rodrigue vient de mourir. Chimène blêmit et le roi en conclut que son amour n'est pas mort.
Chimène refuse cependant à renoncer à obtenir justice. Elle demande un champion pour se battre contre Rodrigue et la venger. Elle offrira sa main au vainqueur. Don Sanche, amoureux de Chimène, accepte de se battre (scène 5).


ACTE V
Rodrigue annonce à Chimène qu'il ne combattra pas vraiment contre don Sanche : "Je vais lui présenter mon estomac ouvert / Adorant en sa main la vôtre qui me perd." Mais Chimène le persuade en lui avouant qu'elle ne veut pas épouser don Sanche. Rodrigue retrouve sa vaillance (scène 1).
L'Infante se désespère de voir son amour pour Rodrigue grandir. Elle regrette que le "destin a permis / Que l'amour dure même entre deux ennemis." (scène 2). Léonor vient anéantir tout espoir pour l'Infante : "Puisqu'il faut qu'il y meure, ou qu'il soit mon mari / Votre espérance est morte, et votre esprit guéri."(scène 3).
Chimène se lamente : "Elvire, que je souffre, et que je suis à plaindre" (scène 4). Don Sanche se présente devant elle avec l'épée tâchée du sang de Rodrigue. Elle le repousse (scène 5).
Chimène avoue au roi qu'elle aimait encore Rodrigue. Don Sanche explique qu'il y a un malentendu car en fait il a été vaincu par Rodrigue (scène 6).
Rodrigue demande pardon au roi. Ce dernier donne du temps à Chimène pour son deuil mais lui impose d'épouser Rodrigue, conformément à sa promesse d'épouser le vainqueur (scène 7).


Les unités

Unité d’action, unité de lieu, unité de temps.




Citations du Cid

Va, je ne te hais point.

Nous partîmes cinq cents ; mais par un prompt renfort  / Nous nous vîmes trois mille en arrivant au port.

Et le combat cessa faute de combattants.

L'amour n'est qu'un plaisir, l'honneur est un devoir.

Le trop de confiance attire le danger.

Aux âmes bien nées, La valeur n’attend point le nombre des années.

Tu t'es, en m'offensant, montré digne de moi ; Je me dois, par ta mort, montrer digne de toi.






Retourner à la page sur l'oral du bac de français !


Merci à celui ou celle qui m'a envoyé cette fiche...