Melancholia

Victor Hugo, Les Contemplations


De "Les valses, visions..." à "...solitudes ! asiles !"




Plan de la fiche sur Melancholia de Victor Hugo :
Introduction
Texte du poème Melancholia
Annonce des axes
Commentaire littéraire




Introduction

    Contexte : Hugo est en exil à Jersey suite au coup d’était de Napoléon III que le poète condamne dans de nombreux pamphlets et poèmes. Il restera fidèle à son engagement républicain et à sa lutte contre la misère durant ses 20 ans d’exil.

Victor Hugo
Victor Hugo



Texte du poème Melancholia


Télécharger cet extrait de Melancholia - de Hugo en version audio (clic droit - "enregistrer sous...")
Lu par Marie-Geneviève Séré - source : litteratureaudio.com

Melancholia (extrait)


Les valses, visions, passent dans les miroirs.
Parfois, comme aux forêts la fuite des cavales,
Les galops effrénés courent ; par intervalles,
Le bal reprend haleine ; on s'interrompt, on fuit,
On erre, deux à deux, sous les arbres sans bruit ;
Puis, folle, et rappelant les ombres éloignées,
La musique, jetant les notes à poignées,
Revient, et les regards s'allument, et l'archet,
Bondissant, ressaisit la foule qui marchait.
O délire ! et d'encens et de bruit enivrées,
L'heure emporte en riant les rapides soirées,
Et les nuits et les jours, feuilles mortes des cieux.
D'autres, toute la nuit, roulent les dés joyeux,
Ou bien, âpre, et mêlant les cartes qu'ils caressent,
Où des spectres riants ou sanglants apparaissent,
Leur soif de l'or, penchée autour d'un tapis vert,
Jusqu'à ce qu'au volet le jour bâille entr'ouvert,
Poursuit le pharaon, le lansquenet ou l'hombre,
Et, pendant qu'on gémit et qu'on frémit dans l'ombre,
Pendant que les greniers grelottent sous les toits,
Que les fleuves, passants pleins de lugubres voix,
Heurtent aux grands quais blancs les glaçons qu'ils charrient,
Tous ces hommes contents de vivre, boivent, rient,
Chantent ; et, par moments, on voit, au-dessus d'eux,
Deux poteaux soutenant un triangle hideux,
Qui sortent lentement du noir pavé des villes... --

O forêts ! bois profonds ! solitudes ! asiles !

Paris, juillet 1838.

Victor Hugo - Les Contemplations



Annonce des axes

I. Description pittoresque de deux mondes opposés que tout sépare
A. Ivresse du bal chez les riches
B. Appât du gain chez les joueurs, monde de l’argent
C. Contraste avec le monde des pauvres

II. Expression des sentiments de Victor Hugo face à cette réalité contrastée
A. Dénonciation
B. Mise en garde
C. Découragement



Commentaire littéraire

I. Description pittoresque de deux mondes opposés que tout sépare

A. Ivresse du bal chez les riches

- verbes de mouvement
- rythme crescendo/decrescendo
- sonorités liquides, soufflantes
- recherche effrénée du divertissement

B. Appât du gain chez les joueurs, monde de l’argent

- mise en valeur de « âpre »
- hypallage « dés joyeux » (vers 13) -> monde confusion
- image (vers 15) -> fortune ou ruine
- « et…et » -> impression d’abondance et profusion

C. Contraste avec le monde des pauvres

- oppositions lexicales et sonores avec les deux premiers tableaux
- simultanéité des deux mondes


II. Expression des sentiments de Victor Hugo face à cette réalité contrastée

A. Dénonciation

- monde déshumanisé « on » + métonymies
- côté factice de ce bonheur artificiel -> hommes/ombres
- inconscience « folle, délire, enivrées » + métaphore du temps qui passe « feuilles mortes » (vers 11-12)

B. Mise en garde

- vision finale qui démasque l’artificialité des « visions » initiales.
- menace révolutionnaire (guillotine) : « triangle hideux » (vers 25)

C. Découragement

- points de suspension (vers 26) -> pessimisme du poète
- dernier vers isolé -> refuge recherché dans la nature.





Conclusion





Retourner à la page sur l'oral du bac de français 2017 !
Merci à celui ou celle qui m'a envoyé cette analyse de Melancholia de Victor Hugo