Pierre et Jean

Guy de Maupassant

La quête de la vérité - Chapitre 4

De "Maintenant les souvenirs affluaient..." à "...ce qui brouillait ses souvenirs."





Plan de la fiche sur le chapitre 4 de Pierre et Jean de Maupassant :
Introduction
Texte étudié
Annonce des axes
Commentaire littéraire
Conclusion


Introduction

      Cet extrait du chapitre 4 de Pierre et Jean de Guy de Maupassant présente une promenade nocturne de Pierre. Pierre dépossédé de l'appartement convoité, cède à l'amertume (raison de la promenade). Pierre noyé de brouillard plonge dans sa mémoire pour rassembler des brides de souvenirs qui lui permettent de comprendre pourquoi Maréchal l'a exclu de son testament.

      Nous étudierons ce texte en nous intéressant à la quête de la mémoire à travers les discours utilisés dans ce passage, puis nous examinerons les ponts de vues, nous pourrons ainsi voir la complémentarité des différents types de discours

Pierre et Jean - Maupassant



Texte étudié

    Maintenant les souvenirs affluaient dans l'esprit de Pierre.
    Le voyant soucieux plusieurs fois, et devinant sa pauvreté d'étudiant, Maréchal lui avait offert et prêté spontanément de l'argent, quelques centaines de francs peut-être, oubliées par l'un et par l'autre et jamais rendues. Donc cet homme l'aimait toujours, s'intéressait toujours à lui, puisqu'il s'inquiétait de ses besoins. Alors... alors pourquoi laisser toute sa fortune à Jean ? Non, il n'avait jamais été visiblement plus affectueux pour le cadet que pour l'aîné, plus préoccupé de l'un que de l'autre, moins tendre en apparence avec celui-ci qu'avec celui-là. Alors... alors... il avait donc eu une raison puissante et secrète de tout donner à Jean - tout - et rien à Pierre ?
    Plus il y songeait, plus il revivait le passé des dernières années, plus le docteur jugeait invraisemblable, incroyable cette différence établie entre eux.
    Et une souffrance aiguë, une inexprimable angoisse entrée dans sa poitrine, faisait aller son cœur comme une loque agitée. Les ressorts en paraissaient brisés, et le sang y passait à flots, librement, en le secouant d'un ballottement tumultueux.
    Alors, à mi-voix, comme on parle dans les cauchemars, il murmura ; "Il faut savoir. Mon Dieu, il faut savoir." Il cherchait plus loin, maintenant, dans les temps plus anciens où ses parents habitaient Paris. Mais les visages lui échappaient, ce qui brouillait ses souvenirs.

Guy de Maupassant - Pierre et Jean - Extrait du chapitre IV




Annonce des axes

I. L'organisation polyphonique du passage
1. Celle du narrateur
2. Celle de Pierre
3. Ces deux voix

II. Deux voix pour une même quête
1. Pierre à la recherche de ses souvenirs
2. Le narrateur observe Pierre, son personnage, qu'il tient sous son regard

III. Deux voix complémentaires
1. Le discours intérieur de Pierre
2. Le discours du narrateur ; troisième personne



Commentaire littéraire

I. L'organisation polyphonique du passage

Deux voix s'expriment et se combinent dans ce texte.

1. Celle du narrateur

Récit à la troisième personne, point de vue omniscient, le narrateur rapporte l'esprit du personnage.
"Maintenant les souvenirs affluaient dans l'esprit de Pierre".


2. Celle de Pierre

Propos rapportés au style direct ;
"Il murmura ; "Il faut savoir. Mon Dieu. Il faut savoir.""


3. Ces deux voix

Se confondent avec le discours indirect libre, perceptible à plusieurs indices ;
- les phrases interrogatives à la troisième personne qui traduisent les questions que se pose Pierre ;
    "Pourquoi laisser toute sa fortune à Jean ?" et "rien à Pierre" au lieu de moi.
- le narrateur prend en charge une pensée, une parole qui s'élabore avec difficulté, empiétement ;
    "Alors... alors"

Le récit du narrateur et le discours de Pierre constituent deux voix différentes, elles se répondent par leurs préoccupations.


II. Deux voix pour une même quête

1. Pierre à la recherche de ses souvenirs

Observations par Pierre de ses souvenirs, focalisation interne, discours du type délibératif ;
     - connecteurs logiques, conséquence (donc, alors), marque les conclusions successives auxquelles a aboutit Pierre.
     - les interrogations avec surtout le "non" qui répond à la première et qui suggère l'idée d'un dialogue du personnage avec lui-même.
     - Pierre et Jean sont remplacés successivement par ; l'aîné - le cadet, l'un - l'autre (indéfini), celui-ci - celui-là (défini). Volonté d'objectivité dans cet examen qui se veut méthodique de Maréchal. Volonté que l'on retrouve également dans les adverbes d'infinité (plus, moins).
     - Rythme donné par la syntaxe et la ponctuation, cela révèle une pensée qui cherche ses repères et inspecte ce qui s'offre à sa réflexion ; "visiblement" et "en apparence". Observations minutieuses des souvenirs perceptibles dans les notations de temps ; "maintenant", "alors". Une quête mobilise toutes les attentions et énergies.


2. Le narrateur observe Pierre, son personnage, qu'il tient sous son regard

     - Maintenant ; il actualise la scène que va nous raconter le narrateur, il place le narrateur. Déictique, qui actualise la scène, champ proche de celui du narrateur dans la mesure ou celui de la narration se rapproche de celui de la fiction. Les deux voix, narrateur - personnage, n'en font qu'une dans le discours indirect libre.
     - Les paragraphes ; ils sont reliés de manières à indiquer une progression interrompue ; "plus il y songeait, plus il revivait…". Le narrateur commente ce que vient de dire Pierre. Le paragraphe suivant ; "et", "alors". Le suivant ; "maintenant" introduit une confusion entre le présent du regard et le passé de la narration. Confusion qui s'accomplit dans le discours indirect libre.

Le regard du narrateur et celui du personnage interviennent de façons identiques, l'un pour restituer le cheminement psychologique du personnage, l'autre pour reconstituer le passé.


III. Deux voix complémentaires

1. Le discours intérieur de Pierre

Le discours de Pierre s'organise comme un raisonnement (connecteurs logiques), il analyse des données. Mais il rencontre des difficultés pour clarifier ses idées d'où des tâtonnements dans la construction des phrases, marques souffrances (tout, alors), emploie des prénoms des personnages. Il emploie des noms propres pour rappeler son implication personnelle dans la situation. Le lexique et la répétition suggèrent le caractère impérieux. On a affaire à des phrases de ponctuations narratives et pourtant avec une tonalité exclamative. Recours à des mots exprimant la prière ; "Mon Dieu", besoin douloureux de connaître le passé, effort de volonté. Reprise du contrôle de l'esprit (injonction).
Reprise par une injonction ; "il faut savoir". Il souffre, il ne peut plus raisonner, impossible d'aller plus loin, intervention du narrateur obligatoire (traduit trouble personnel).


2. Le discours du narrateur ; troisième personne

Il permet de rendre compte de ce qui se passe en dehors du langage du personnage et il nous restitue ;
     - des images que Pierre perçoit ; "les visages lui échappaient", "la dernière figure de cet homme".
     - des comportements de Pierre ; "le docteur jugeait", "il cherchait plus loin".
Il s'agit de la souffrance de Pierre, elle est évoquée par l'occurrence des noms communs ; "souffrance, angoisse", des adjectifs ; "aiguë, inexprimable" disposés en chiasme "une souffrance aiguë, une inexprimable angoisse".
Comparaison ; "comme une loque agitée", idée de violence.
Transformation d'un mal moral, l'angoisse, en un mal physique, "entrée dans sa poitrine". Malaise qui atteint un paroxysme avec les cauchemars.





Conclusion

    Dans cet extrait de Pierre et Jean, la pluralité des voix permet de montrer les différentes facettes de la situation. La voix de Pierre et celle du narrateur convergent pour restituer l'effort du personnage dans sa réflexion et sa quête, pour préserver l'effet de réel, ses deux voix deviennent ainsi complémentaires, l'une restituant la pensée verbalisée, l'autre le vécu non verbalisé qui se traduit par une souffrance.

Retourner à la page sur Pierre et Jean - Maupassant !
Retourner à la page sur l'oral du bac de français 2019 !
Merci à Romain pour cette analyse sur le chapitre 4 de Pierre et Jean de Maupassant