Gabriel Péri

Au rendez-vous allemand, de Paul Eluard





Biographie de Paul Eluard

    Paul Eluard, de son vrai nom Eugène Grindel.
    Né en 1895 à Saint-Denis, dans un milieu modeste. Bourse, études supérieures, interrompues par séjour en sanatorium (=tuberculose).
    Rencontre avec Gala. Il l'épouse en 1917, se sépare d'elle en 1929. Vie affective marquée par rencontre avec Nusch > nombreux poèmes lyriques. Publie ses premiers poèmes à 18 ans, avant de participer au début du surréalisme. Passage manifesté dans ses premiers recueils : Capitale de la douleur, en 1926; L'amour, la poésie en 1929.
    Malentendus avec André Breton : s'éloigne du surréalisme, mais garde goût du concept abstrait. Se rapproche des communistes dans sa lutte contre le fascisme. Adhère au parti et participe à la résistance. > Poésie prend une dimension plus politique. Sous l'occupation il a écrit les recueils : Livres ouverts (1940) , il s'oppose au nazisme de façon discrète. Poésie et vérité (1942), il s'oppose de façon plus virulente.
Au rendez-vous allemand, 1944.
    Après la guerre, il aura jusqu'à sa mort en 1952 une activité militante. Ses derniers textes sont une réflexion sur la création poétique.


Introduction

Gabriel Péri était un journaliste apprécié des résistants. Son exécution a pris une valeur symbolique : Péri défendait la vie contre les fusils; sa mort prend la valeur d'un martyre. Eluard, dans ces trois strophes en vers libre rend hommage à Gabriel Péri.


Lecture du texte

Au rendez-vous allemand

Gabriel Péri

Un homme est mort qui n'avait pour défense
Que ses bras ouverts à la vie
Un homme est mort qui n'avait d'autre route
Que celle où l'on hait les fusils
Un homme est mort qui continue la lutte
Contre la mort contre l'oubli.

Car tout ce qu'il voulait
Nous le voulions aussi
Nous le voulons aujourd'hui
Que le bonheur soit la lumière
Au fond des yeux au fond du cœur
Et la justice sur la terre.

Il y a des mots qui font vivre
Et ce sont des mots innocents
Le mot chaleur le mot confiance
Amour justice et le mot liberté
Le mot enfant et le mot gentillesse
Et certains noms de fleurs et certains noms de fruits
Le mot courage et le mot découvrir
Et le mot frère et le mot camarade
Et certains noms de pays de villages
Et certains noms de femmes et d'amies
Ajoutons-y Péri
Péri est mort pour ce qui nous fait vivre
Tutoyons-le sa poitrine est trouée
Mais grâce à lui nous nous connaissons mieux
Tutoyons-nous son espoir est vivant.

Annonce du plan

Etude méthodique

I. La mort injuste

A. L'expression de la mort

- temps : présent début et fin du poème (v. 1 et 24) > thème omniprésent, donc important.
- image de la mort mise en relief par ouverture du poème. S'impose par anaphore " un homme est mort... " (v. 1, 3, 5)
- place du mot " mort " à l'hémistiche > accentue brutalité mot monosyllabique
- écho créé par construction identique, v.24 ; image mort renforcée par poitrine trouée " v.25
- anaphore insiste sur l'indéfini > Péri prend valeur de symbole
- identité du mort brusquement dévoilée au v.23, mise en relief par :
brièveté inattendue du vers, répétition de Péri début v.24
- Rapprochement entre indéfini et Péri : souligné par identité de place et de construction > met en relief injustice de la mort de Péri.

B. Une mort injuste et inacceptable

Le caractère scandaleux de cette mort s'exprime à travers des jeux d'opposition :
- Opposition entre " mort " et " vie ", " paix " et souvenir " (par la négation du mot oubli) [Première strophe]
> les trois notions " vie " (v. 2), " paix " (v. 4) et " souvenir " (v. 6), unies par la symétrie des structures, s'opposent à la mort.
> > leur place à la rime souligne l'injustice de la mort d'un homme fait pour la vie
- La vie l'emporte : jeu des temps et du lexique (v.5 et 6), évolution du passé au présent > la fin de strophe, par sa signification nous projette dans le futur, action des résistants aussi.
> > exécution de Péri va au-delà de l'événement particulier, elle nous démontre l'utilité du sacrifice.


II. Le sens du sacrifice

Apparaît à la fin de la première strophe, se précise dans les 2 strophes suivantes.
"car" (v.7) mis en relief par le blanc fait apparaître la causalité qui explique l'utilité de cette mort.

A. Une mort qui dément (=lutte) contre la mort.

Termes " continue ", " lutte ", et le redoublement de " contre " traduisent une opposition entre " un homme est mort " et " mort ". Cela marque le sens de cette mort : faire ressortir les valeurs que partagent Péri et les résistants.

B. Des exigences de bonheur et de justice

- exigences : mises en valeur par la globalité " tout " (v. 7), par la construction. Indéfini repris au v.8 et 9 est explicité par v. 10, 11, 12. Tout représente le bonheur et la justice.
- bonheur : associé à la lumière : image exprime par le complément l'idée d'un rayonnement universel > concerne le monde entier. L'auteur a choisi un élément représentatif pour évoquer l'universalité de l'homme. v. 11 : subjonctif de souhait, synecdoque (yeux, cour), procédé d'insistance " au fond de " > > ancrer le bonheur en tout être, en tout homme concerné.
- justice : attribut du sujet " bonheur " (v. 12), justice coordonnée à la lumière " et " > > Bonheur = lumière + justice. Attribut, définit une sorte de condition de ce bonheur, insiste sur univers " sur la terre " > élargissement de la notion : Péri > valeurs défendues > tous les hommes (confirmé par pronom)

C. Le passage de "il" à "nous" (comme confirmation de l'extension de ces valeurs à tous les êtres)

- passage passé-présent au début du texte.
- passage de "il " à " nous " dans le texte, à travers la répétition du verbe "vouloir" (v. 7, 8, 9) > Jeu des pronoms souligne la volonté de ce bonheur.
- On passe du mort aux survivants > transmission des valeurs aux survivants.
- double impératif à la fin du poème : "tutoyons-le", "tutoyons-nous" > mort qui rassemble.
> > poète souligne caractère symbolique de cette mort. Il joue un rôle important : il invite ses compagnons à poursuivre la lutte à travers la mort de Péri.


III. Le rôle du poète et le pouvoir des mots.

Derrière le texte, nous avons un homme qui rend hommage à Péri. Que veut-il faire avec ce texte ?
Répétition de " mot " > mémoire
"fait vivre" v. 24 : quoi ?
> > rattachement au travail du poète

A. Importance symbolique du mot Péri

- Dévoilement du nom péri après l'anaphore de la strophe1 > fait de lui symbole martyres résistants
- Nom mis en valeur par v. bref, sa reprise au début du suivant > sorte de construction en chiasme.
- Arrivée après impératif le rapproche de l'énumération qui précède.
- Assimilation : Péri = mot qui fait vivre > nom se charge de valeur

B. Des mots qui font vivre

- Passage v. 13 à 23 > récurrence de mots identiques, et/ou de structures voisines : " des mots ", " le mot " ; répétition de " certains mots " > > insistance sur importance du langage, sens de ces termes représentent des idées générales, des symboles.
- termes ont tous une connotation positive
- idée de fraternité : ouvre l'énumération, la parcourt, la referme. champ lexical de la fraternité :
~ termes abstraits "chaleur", "amour", "gentillesse"...
~ termes concrets : "frères", "camarades", "amis"...
Notion de fraternité enserre l'alexandrin central v. 18
- notion de vie, de fertilité, bonheur V. 18
- notion de justice v. 16 > sens renforcé par la répétition
- d'autres termes renvoient à la notion de liberté, courage. > luttes de l'époque
> > poète insiste sur la notion mot - nom > quel est son rôle ?

C. Le rôle du poète

Son rôle a trois aspects :
~ exalter les valeurs de la vie :
Premier et derniers mots du poème : "vie", v. 13, 24. La mort en ouverture est surmontée à la fin du texte -> affirme l'importance de la vie > élargissement vers le futur v. 27 > > insistance de l'énumération v. 13 à 23 met en relief les valeurs de la vie et de la paix.
~ perpétuer le souvenir :
Poète, par écriture est un relais, assure la continuité du souvenir. > existence humaine. Il est l'intermédiaire, garde la mémoire de l'histoire (confirmé par l'élaboration du texte, le titre du poème) Répétition de "contre" met en valeur la lutte du poète. Associe son combat à celui de Péri, par les mots. Le passage de "il" à "nous", du passé au présent invite les compagnons à se joindre au combat.
~ éveiller les consciences :
Poète éveille les consciences, engage ses compagnons par "nous". Implique ses amis dans la lutte, invite les autres à servir de relais. Force impératif (v. 23, 25, 27) : incitatif, rapprochement des hommes, des fraternités.
Engage aussi le lecteur du poème : appel à la résistance.


Conclusion

    Le poème Gabriel Péri est d'abord une célébration d'un martyre. Il va au-delà du contenu seulement en relation avec l'épisode de la guerre : c'est une mort injuste qui est dénoncée.
    Le poème exalte parallèlement les valeurs de la vie, souligne la fraternité à laquelle elles invitent. Il met en valeur l'importance des mots comme actes, souligne le rôle du poète à travers eux : perpétuer le souvenir et appeler à la résistance.




Pour consulter une autre fiche, plus succincte, cliquer ici





Retourner à la page sur le bac de français !


Merci à celui qui m'a envoyé cette fiche...