Sensation

Rimbaud - Poésies




Introduction

    La lettre que Rimbaud adresse à Banville, le 24 mai 1870, nous apprend que Sensation, ce court poème, date du 20 avril 1870. Ces deux quatrains se rattachent à la veine thématique des poèmes du voyage et de la bohème, à ceci près que l’ailleurs recherché ici est moins spatial que passionnel.

Lecture du poème
Lecture audio du poème Sensation

Sensation

Par les soirs bleus d’été, j’irai dans les sentiers,
Picoté par les blés, fouler l’herbe menue :
Rêveur, j’en sentirai la fraîcheur à mes pieds.
Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

Je ne parlerai pas, je ne penserai rien :
Mais l’amour infini me montera dans l’âme,
Et j’irai loin, bien loin, comme un bohémien,
Par la Nature, — heureux comme avec une femme.

Arthur Rimbaud - Poésies


Annonce des axes   + / -
 I. Le sens de la composition
    1. Corps et âme
    2. L’effet de la dernière phrase
 II. Un espace sensuel et féminin
    1. Un paysage mobile
    2. Un paysage sensuel
    3. La communion des éléments

Etude

I. Le sens de la composition

1. Corps et âme

Composé d’une seule phrase, le premier quatrain se caractérise par de nombreuses références au corps (des "pieds" à la "tête") et aux sensations tandis que le second multiplie des termes ressortissant à des actions ou des sentiments abstraits (parler, penser, "amour infini", "âme", "Nature" avec majuscule). Cette distinction dualiste est cependant atténuée par l’économie des liaisons logiques qui assurent une grande fluidité au poème (renforcée par la musicalité de nombreuses assonances à l’intérieur des vers). Seule, au vers 6, la conjonction de coordination "mais" introduit une nuance d’opposition (encore qu’elle soit discrète, suggérant davantage que " l’amour infini " n’a rien à voir avec une activité intellectuelle : "je ne penserai rien").

2. L’effet de la dernière phrase

Les huit dernières syllabes du dernier vers, typographiquement mises en valeur par une virgule et un tiret d’incidente, achèvent le second quatrain sur une note éminemment sensuelle (l’évocation d’une femme) qui contraste avec les sentiments abstraits décrits précédemment. Cette comparaison finale introduit la présence d’une altérité féminine qui, à tous les sens du terme, forme un couple avec la comparaison précédente du vers 7 ("comme un bohémien"). Cette introduction des rapports humains au sein de ce qui se présentait jusqu’alors comme une jouissance hédoniste centrée sur le seul locuteur induit une lecture rétrospective : le bonheur de la promenade est d’ordre, sinon passionnel, du mois sensuel.



II. Un espace sensuel et féminin

1. Un paysage mobile

La structuration de l’espace du poème suggère que l’espace se révèle animé : des "soirs bleus", le regard descend dans "les sentiers" jusqu’au sol ("les blés") et ses détails infimes ("l’herbe menue"). Puis des "pieds", on passe à la tête, mouvement qui se prolonge avec l’évocation de "l’amour infini qui (lui) montera dans l’âme". Enfin, ce mouvement vertical s’achève sur l’évocation d’une perspective horizontale en point de fuite ("j’irai loin, bien loin"). Loin d’être une toile de fond passive, simple décor de sentiments du locuteur, la Nature (que la majuscule contribue de surcroît à humaniser) tient une place prépondérante dans le bonheur du locuteur : véritable présence à ses côtés, elle le sollicite activement.

2. Un paysage sensuel

Deux sens sont plus particulièrement sollicités : la vue ("les soirs bleus d’été") et le toucher ("picoté par les blés, fouler l’herbe menue", "j’en sentirai la fraîcheur à mes pieds", "je laisserai le vent baigner ma tête nue"). Cela renvoie aux deux parties du corps évoquées : les pieds, symbole du contact physique et immanent avec le monde, et la tête, symbole du lieu des sentiments.

3. La communion des éléments

L’air et l’eau se conjuguent : le locuteur laisse "baigner" sa tête dans le souffle du vent. Le jour et la nuit produisent un effet d’union chromatique à travers l’évocation des "soirs bleus d’été". Cette thématique de l’union et de l’harmonie prépare la comparaison finale en rendant sensible le singulier du titre : il ne s’agit ni d’une ni de plusieurs sensations, mais d’un état de complétude à la fois sensuel et sentimental.


Conclusion

    Avec un lyrisme contenu et une très efficace économie de moyens stylistiques, Rimbaud parvient à proposer une vision originale d’un thème qui lui est cher : le transport conjoint ici la dynamique spatiale de la bohème et la nature fusionnelle des sensations. Renonçant aux clichés d’une tradition qu’il connaît fort bien (et qu’il n’hésite pas à l’occasion, comme dans " Credo in Unam ", à utiliser), Rimbaud conjugue dans Sensation simplicité (du lexique, des images) et complexité (le dernier vers induit une subtile lecture rétrospective) : ce poème n’évoque-t-il pas, en effet, les futures chansons elliptiques composant les " Derniers vers " ?