Tahiti ou le jardin d'Eden

Bougainville - Voyage autour du monde






Plan de la fiche sur Voyage autour du monde de Bougainville :
Introduction
Texte étudié
Annonce des axes
Commentaire littéraire
Conclusion


Introduction

Au 18ème siècle il y a de grands progrès techniques au niveau des communications : voyages, découvertes.
Idée de voyage : Lettres persanes de Montesquieu (fausses lettres), mais ici c'est vrai : ce voyage a permis une réflexion.
Le récit du voyage de Bougainville aura beaucoup de succès. Diderot va écrire une réponse : "le supplément au voyage de Bougainville".
Bougainville verra Tahiti comme le paradis sur terre; il déborde d'enthousiasme : endroit magnifique; gens hospitaliers : nouvelle définition du bonheur.
Etonnement par rapport à ce qu'il connaît, par rapport au monde occidental dans lequel il vit.
Le thème du voyage est un thème littéraire très en vogue au 18ème siècle ; il fait ressortir les critiques du monde du 18ème siècle et ses imperfections (pays d'origine).
Les voyages se développent (ils sont quelques exceptions à pouvoir faire ces expéditions, mais ils font des récits); ils sont techniquement possibles.
Faire ressortir une réflexion sur les imperfections du pays d'origine (livre Voyage autour du monde qui va enthousiasmer les Parisiens qui se passionnent pour la découverte de Tahiti.
Cela illustre l'enthousiasme et la surprise de Bougainville en découvrant cette île.
Ce texte met l'accent sur l'heureuse surprise des Européens qui débarquent sur cette terre ; il fait naître le mythe du paradis exotique qui remet en cause le monde occidental.


Texte étudié

Chapitre IX


    Lorsque nous fûmes amarrés, je descendis à terre avec plusieurs officiers, afin de reconnaître un lieu propre à faire de l’eau. Nous fûmes reçus par une foule d’hommes et de femmes qui ne se lassaient point de nous considérer ; les plus hardis venaient nous toucher, ils écartaient même nos vêtements, comme pour vérifier si nous étions absolument faits comme eux : aucun ne portait d’armes, pas même de bâtons. Ils ne savaient comment exprimer leur joie de nous recevoir. Le chef de ce canton nous conduisit dans sa maison et nous y introduisit. Il y avait dedans cinq ou six femmes et un vieillard vénérable. Les femmes nous saluèrent en portant la main sur la poitrine, et criant plusieurs fois tayo.

    Le vieillard était père de notre hôte. Il n’avait du grand âge que ce caractère respectable qu’impriment les ans sur une belle figure : sa tête ornée de cheveux blancs et d’une longue barbe, tout son corps nerveux et rempli, ne montraient aucune ride, aucun signe de décrépitude. Cet homme vénérable parut s’apercevoir à peine de notre arrivée ; il se retira même sans répondre à nos caresses, sans témoigner ni frayeur, ni étonnement, ni curiosité : fort éloigné de prendre part à l’espèce d’extase que notre vue causait à tout ce peuple, son air rêveur et soucieux semblait annoncer qu’il craignait que ces jours heureux, écoulés pour lui dans le sein du repos, ne fussent troublés par l’arrivée d’une nouvelle race.

    [...]

    Au vol près, tout se passait de la manière la plus aimable. Chaque jour nos gens se promenaient dans le pays sans armes, seuls ou par petites bandes. On les invitait à entrer dans les maisons, on leur y donnait à manger ; mais ce n’est pas à une collation légère que se borne ici la civilité des maîtres de maisons ; ils leur offraient des jeunes filles ; la case se remplissait à l’instant d’une foule curieuse d’hommes et de femmes qui faisaient un cercle autour de l’hôte et de la jeune victime du devoir hospitalier ; la terre se jonchait de feuillage et de fleurs, et des musiciens chantaient aux accords de la flûte un hymne de jouissance. Vénus est ici la déesse de l’hospitalité, son culte n’y admet point de mystères, et chaque jouissance est une fête pour la nation. Ils étaient surpris de l’embarras qu’on témoignait ; nos mœurs ont proscrit cette publicité. Toutefois je ne garantirais pas qu’aucun n’ait vaincu sa répugnance et ne se soit conformé aux usages du pays.

    J’ai plusieurs fois été, moi second ou troisième, me promener dans l’intérieur. Je me croyais transporté dans le jardin d’Eden : nous parcourions une plaine de gazon, couverte de beaux arbres fruitiers et coupée de petites rivières qui entretiennent une fraîcheur délicieuse, sans aucun des inconvénients qu’entraîne l’humidité. Un peuple nombreux y jouit des trésors que la nature verse à pleines mains sur lui. Nous trouvions des troupes d’hommes et de femmes assises à l’ombre des vergers ; tous nous saluaient avec amitié ; ceux que nous rencontrions dans les chemins se rangeaient à côté pour nous laisser passer ; partout nous voyions régner l’hospitalité, le repos, une joie douce et toutes les apparences du bonheur.

    [...]

    Bougainville - Voyage autour du monde - Extrait du chapitre IX




Carte du voyage autour du monde de Bougainville



Annonce des axes

I. L'heureuse surprise des Européens/ leur étonnement
1. Un accueil animé et répété
2. Le naturel des habitants

II. Le jardin d'Eden
1. Absence de méfiance / haine
2. La nature nourricière
3. Un lieu sain
4. Le contentement des sens

III. Le mythe du paradis exotique
1. Le parti pris
2. La comparaison implicite
3. Les références explicites (à l'Europe)
4. Le mythe du bon sauvage



Commentaire littéraire

I. L'heureuse surprise des Européens/ leur étonnement

Ils sont surpris de l'accueil chaleureux fait par les Tahitiens.

1. Un accueil animé et répété

2. Le naturel des habitants


II. Le jardin d'Eden

Image du jardin d'Eden.

1. Absence de méfiance / haine

2. La nature nourricière

3. Un lieu sain

4. Le contentement des sens


III. Le mythe du paradis exotique

1. Le parti pris

2. La comparaison implicite

3. Les références explicites (à l'Europe)

4. Le mythe du bon sauvage






Conclusion

Ce texte est intéressant par l'enthousiasme de l'ouverture sur le monde.
L'intérêt pour d'autres civilisations permet l'amorce de réflexion sur leur propre civilisation (occidentale).
Cf. Supplément au voyage de Bougainville de Diderot.
Cf. le mythe du bon sauvage.

Retourner à la page sur l'oral du bac de français 2017 !
Merci à Houda pour cette analyse sur Voyage autour du monde de Bougainville