Union Libre

André Breton




Introduction

-Auteur : André Breton (1896-1966) est le chef de file du surréalisme, à la fois par son originalité et son charisme.
Il s’inspire de Mallarmé, Lautréamont, Rimbaud
A la fin XIXème début XXème siècle, les surréalistes cherchent un nouveau langage poétique libéré de toute contrainte et qui laisse s’exprimer l’inconscient.
Les plus grands recueils d'André Breton sont Le Manifeste du surréalisme (1924), Le Second manifeste du surréalisme (1930), L'Amour fou (1935).
- Œuvre : Le poème « Union Libre » a été publié en 1931. Il est l’un des principaux écrits de Breton, peut être le plus représentatif de sa poésie et de ses idées. C’est une sorte de définition de l’amour. C’est un poème en vers libre (ni rime ni mètre régulier) construit sur une anaphore.
- Problématique : En quoi ce poème est-il l’illustration de la poésie du surréalisme ?


Lecture du texte



Télécharger Union Libre - de André Breton en version mp3 (clic droit - "enregistrer sous...")


Union libre

Ma femme à la chevelure de feu de bois
Aux pensées d'éclairs de chaleur
A la taille de sablier
Ma femme à la taille de loutre entre les dents du tigre
Ma femme à la bouche de cocarde et de bouquet d'étoiles de dernière grandeur
Aux dents d'empreintes de souris blanche sur la terre blanche
A la langue d'ambre et de verre frottés
Ma femme à la langue d'hostie poignardée
A la langue de poupée qui ouvre et ferme les yeux
A la langue de pierre incroyable
Ma femme aux cils de bâtons d'écriture d'enfant
Aux sourcils de bord de nid d'hirondelle
Ma femme aux tempes d'ardoise de toit de serre
Et de buée aux vitres
Ma femme aux épaules de champagne
Et de fontaine à têtes de dauphins sous la glace
Ma femme aux poignets d'allumettes
Ma femme aux doigts de hasard et d'as de cœur
Aux doigts de foin coupé
Ma femme aux aisselles de martre et de fênes
De nuit de la Saint-Jean
De troène et de nid de scalares
Aux bras d'écume de mer et d'écluse
Et de mélange du blé et du moulin
Ma femme aux jambes de fusée
Aux mouvements d'horlogerie et de désespoir
Ma femme aux mollets de moelle de sureau
Ma femme aux pieds d'initiales
Aux pieds de trousseaux de clés aux pieds de calfats qui boivent
Ma femme au cou d'orge imperlé
Ma femme à la gorge de Val d'or
De rendez-vous dans le lit même du torrent
Aux seins de nuit
Ma femme aux seins de taupinière marine
Ma femme aux seins de creuset du rubis
Aux seins de spectre de la rose sous la rosée
Ma femme au ventre de dépliement d'éventail des jours
Au ventre de griffe géante
Ma femme au dos d'oiseau qui fuit vertical
Au dos de vif-argent
Au dos de lumière
A la nuque de pierre roulée et de craie mouillée
Et de chute d'un verre dans lequel on vient de boire
Ma femme aux hanches de nacelle
Aux hanches de lustre et de pennes de flèche
Et de tiges de plumes de paon blanc
De balance insensible
Ma femme aux fesses de grès et d'amiante
Ma femme aux fesses de dos de cygne
Ma femme aux fesses de printemps
Au sexe de glaïeul
Ma femme au sexe de placer et d'ornithorynque
Ma femme au sexe d'algue et de bonbons anciens
Ma femme au sexe de miroir
Ma femme aux yeux pleins de larmes
Aux yeux de panoplie violette et d'aiguille aimantée
Ma femme aux yeux de savane
Ma femme aux yeux d'eau pour boire en prison
Ma femme aux yeux de bois toujours sous la hache
Aux yeux de niveau d'eau de niveau d'air de terre et de feu.

André Breton (1931)


Annonce des axes

Notre analyse portera dans un premier temps sur le blason de la femme bien aimée et dans un deuxième temps nous étudierons les caractéristiques surréalistes de ce poème.



Commentaire littéraire

I. Un blason réactualisé

1. Evocation du corps de la femme

Anaphore initiale -> « Ma femme » avec possessif « ma »
La description du corps se fait désordonnée
Vers 1 à 5 -> Chevelure et taille
Vers 5 à 14 -> Visage et tête
Vers 15 à 24 -> Epaule aux doigts
Vers 25 à 29 -> Jambes
Vers 30 à 50 -> Yeux
Tour du corps de la femme
Contemplation sans aucun verbe conjugué

2. Une femme au corps agréable

Bouche en cocarde -> joyeux
Jambes de fusées -> Finesse

3. Le corps de la femme est un microcosme (monde miniature)

On retrouve un ciel avec étoiles, éclairs / mers avec écume, écluse / Pierre avec ambre, ardoise / Animaux avec loutre, souris… / Végétal avec foin coupé, moelle de sureau.
Mécanisme avec le sablier.
Elle parvient à confiner les contraires.
Source d’apaisement.
Femme précieuse -> luxe et richesse -> ambre, champagne, or, rubis…
André Breton réaffirme les principes du surréalisme.


II. Un poème surréaliste

1. Liberté formelle

Ni rime, ni mètre. Pas de strophes, vers libre. Groupe nominal « Ma femme » (simplicité formelle) accompagné complément du nom.
Sorte de prière/chanson
Poème pas classique

2. Associations d'idées

Lumière, blancheur, feu
Couleurs flamboyantes, claires.
Peu d’outils de comparaison.
Les associations d'idées permettent la vivacité.
Nombreuses comparaisons qui font appel à plusieurs sens.

3. Présence d’une certaine cruauté

Forme de violence.
Violence atteint à la religion.
Femme prisonnière.
Comme si la femme était une proie.



Conclusion

A travers ce poème, nouveau langage, libération de l’inconscient.
Contraintes et inhibitions.
Rapprochement avec la poésie en prose.







Retourner à la page sur l'oral du bac de français !


Merci à Guillaume pour cette fiche