Antigone

Jean Anouilh






Antigone est une tragédie de Jean Anouilh (1910 - 1987), écrite en 1942.
Antigone, fille d'Œdipe, fait partie d'une lignée sur laquelle planent indéniablement la mort et la fatalité. C'est ainsi qu'elle est en tout cas présentée par Sophocle, conformément au mythe.
Des siècles plus tard, en 1944, Jean Anouilh choisit de revisiter l'histoire d'Antigone à travers une adaptation créée durant la seconde guerre mondiale. Il dira d'ailleurs de cette pièce : « L'Antigone de Sophocle, lue et relue et que je connaissais depuis toujours, a été un choc soudain pour moi pendant la guerre, le jour des petites affiches rouges. Je l'ai réécrite à ma façon, avec la résonance de la tragédie que nous étions en train de vivre ».
Antigone fut jouée pour la première fois sous l'occupation allemande en février 1944 au théâtre de l'Atelier à Paris, avec une mise en scène d'André Barsacq.

Lien externe : Texte complet de Antigone de Jean Anouilh


Voici les différentes fiches de révision sur Antigone de Anouilh :

- Prologue  de "Un décor neutre..." à "...il lui a demandé d'être sa femme."
- Prologue  Prologue entier

- Rupture avec Hémon
- Monologue du chœur  de "Et voilà." à "...plus rien à tenter, enfin !"
- La tirade de Créon  de "CRÉON, la regarde et murmure soudain." à "...il n'y a pas si longtemps."
- Celle qui dit non  de "CREON : Un matin, je me suis réveillé roi de Thèbes..." à "...qui mènent la barque."
- Le politique  de "Mais bon dieu..." à "...Tu le comprends cela."
- Dialogue sur le bonheur  de "CREON : Qu'est-ce que tu vas faire maintenant ?" à "...votre sale espoir !"
- Dialogue entre Antigone et le garde  de "ANTIGONE : Tu crois qu'on a mal pour mourir ?" à "...une drôle de lettre."


Antigone
Antigone, peinture de Frederic Leighton (extrait), 1882






Retourner à la page sur l'oral du bac de français 2017 !