Au Bonheur des dames

Emile Zola

Chapitre 1 : de "Alors, Denise..." à "...achevait de la séduire."





Plan de la fiche sur un extrait de Au Bonheur des Dames de Emile Zola :
Introduction
Texte étudié
Annonce des axes
Commentaire littéraire
Conclusion


Introduction

Présentation de l'auteur : Emile Zola et du roman Au Bonheur des Dames.


   Denise arrive dans sa province, elle est orpheline et arrive avec ses 2 frères, elle est accueillie par son oncle Baudu. L'oncle a de gros problèmes à cause du grand magasin mais elle ne peut s'empêcher d'être séduite par l'animation qui y règne.


Emile Zola



Texte étudié


Télécharger Au Bonheur des Dames - Chapitre 1 (extrait) - Zola en version audio
(clic droit - "enregistrer sous...")
Lu par Nicole Delage - source : litteratureaudio.com


       Alors, Denise eut la sensation d'une machine, fonctionnant à haute pression, et dont le branle aurait gagné jusqu'aux étalages. Ce n'étaient plus les vitrines froides de la matinée ; maintenant, elles paraissaient comme chauffées et vibrantes de la trépidation intérieure. Du monde les regardait, des femmes arrêtées s'écrasaient devant les glaces, toute une foule brutale de convoitise. Et les étoffes vivaient, dans cette passion du trottoir : les dentelles avaient un frisson, retombaient et cachaient les profondeurs du magasin, d'un air troublant de mystère ; les pièces de drap elles-mêmes, épaisses et carrées, respiraient, soufflaient une haleine tentatrice ; tandis que les paletots se cambraient davantage sur les mannequins qui prenaient une âme, et que le grand manteau de velours se gonflait, souple et tiède, comme sur des épaules de chair, avec les battements de la gorge et le frémissement des reins. Mais la chaleur d'usine dont la maison flambait, venait surtout de la vente, de la bousculade des comptoirs, qu'on sentait derrière les murs. Il y avait là le ronflement continu de la machine à l'oeuvre, un enfournement de clientes, entassées devant les rayons, étourdies sous les marchandises, puis jetées à la caisse. Et cela réglé, organisé avec une rigueur mécanique, tout un peuple de femmes passant dans la force et la logique des engrenages.
       Denise, depuis le matin, subissait la tentation. Ce magasin, si vaste pour elle, où elle voyait entrer en une heure plus de monde qu'il n'en venait chez Cornaille en six mois, l'étourdissait et l'attirait ; et il y avait, dans son désir d'y pénétrer, une peur vague qui achevait de la séduire.

Au Bonheur des Dames - Emile Zola - Extrait du chapitre 1



Annonce des axes

I. Le pouvoir de séduction exercé par le magasin
II. Le magasin, machine infernale qui absorbe les humains



Commentaire littéraire

I. Le pouvoir de séduction exercé par le magasin

II. Le magasin, machine infernale qui absorbe les humains





Conclusion

   Dans ce passage de Au Bonheur des Dames, Zola a voulu montrer à travers le bonheur des dames le côté positif de la séduction du nouveau, du beau mais aussi le côté néfaste qui ruine les clientes et qui déshumanise.

Retourner à la page sur Au Bonheur des Dames - Zola !
Retourner à la page sur l'oral du bac de français 2017 !
Merci à Christine pour cette analyse sur un extrait de Au Bonheur des Dames de Zola