La Cantatrice chauve

Ionesco

Scène 1



Introduction

Auteur : Ionesco (1909-1994) est un dramaturge français d’origine roumaine du XXème siècle. Dès La Cantatrice chauve, il présente des œuvres basées sur le non-sens, dénonçant souvent l’absurdité du monde. Les chaises, Rhinocéros ou Le Roi se meurt feront de lui un auteur réputé. A l’origine du "nouveau théâtre", il est souvent considéré comme le père, en France, du théâtre de l’absurde.
Œuvre : Représenté en 1950, La Cantatrice chauve est la première pièce de théâtre d’Ionesco. Il s’agit d’une œuvre courte composée de 11 scènes mettent en scène 6 personnages dont le couple principal, M. et Mme Smith. Sans intrigue véritable, la pièce parodie les règles du théâtre classique et fonctionne sur le non-sens et l’absurde.
Extrait : L'extrait que nous étudions est la scène d’exposition de l’œuvre, dans lequel un certain nombre d’informations vont être délivrées. Mais il s’agit surtout pour Ionesco, dès les premières répliques, d’introduire son projet : écrire une anti-pièce.


Lecture du texte


Annonce des axes du commentaire


Commentaire littéraire

I. Une scène d’exposition d'apparence classique

Ionesco compose une pièce et une scène d’exposition qui respecte la plupart des conventions théâtrales dans l’organisation du texte (scène, nom des personnages, didascalies), dans les informations délivrées : la didascalie initiale présente le décor -> rôle traditionnel de cette didascalie qui ouvre le texte. Les personnages : présentés dans les dialogues : le nom, la situation familiale, le lieu, le contexte. Il y a ici un aspect très traditionnel : famille de trois enfants, Le nom Smith typiquement anglais qui touche au stéréotype : Mr Smith a une moustache et un journal et Mme Smith tricote des chaussettes et parle. Seul l’action est le point obscur car rien ne laisse imaginer le sujet de la pièce : différence entre la scène et le titre, pas d’action sur scène, simple récit d’un repas et pas d’hypothèse de lecture possible puisque l’action décrite est achevée : "nous avons bien mangé ce soir".

DONC : à travers cet extrait, Ionesco démontre qu’il maîtrise tous les codes de l’écriture, enjeux de l’exposition à l’exception de la présentation de l’intrigue. Mais cette absence dévoile aussi son projet : parodier le théâtre.


II. Une scène d’exposition parodiée jusqu’à l’absurde

La scène d’exposition est parodiée : Ionesco amplifie de nombreux éléments propres aux attentes de l’exposition :
- le contexte avec anglais omniprésent,
- les informations sur les personnages : trop grand nombre,
- certaines anecdotes et délivrées de façon artificielle,
- rapport titre/scène : aucun rapport => aucune hypothèse de lecture possible.

DONC : Ionesco construit ici une exposition, sous certains aspects classique mais totalement artificielle car rien n’est réaliste et tout est exagéré, ce qui augmente la présence de l’absurde. Il est présent au cœur même du texte, dans les didascalies. Il se manifeste surtout dans les répliques de Mme Smith. Il y a création de fausse logique, d’un raisonnement proche du syllogisme.
L’absurde de la situation, des dialogues et des personnages accentue l’aspect artificiel de l’exposition : rien ne semble vrai, pas plus les personnages que la situation où les dialogues qui sont vides de sens.




Conclusion

La scène d’exposition de La Cantatrice chauve crée un malaise chez le lecteur/spectateur qui assiste à un début de représentation classique mais qui se révèle très vite dénué de sens. Les dialogues sont vides, les personnages s’apparentent à des mécaniques. On comprend peu à peu le sous titre d’anti-pièce.





Retourner à la page sur l'oral du bac de français !


Merci à Romain qui m'a envoyé cette fiche