La Cantatrice chauve

Ionesco

Scène 7



Introduction

Auteur : Ionesco (1909-1994) est un dramaturge français d’origine roumaine du XXème siècle. Dès La Cantatrice chauve, il présente des œuvres basées sur le non-sens, dénonçant souvent l’absurdité du monde. Les chaises, Rhinocéros ou Le Roi se meurt feront de lui un auteur réputé. A l’origine du "nouveau théâtre", il est souvent considéré comme le père, en France, du théâtre de l’absurde.
Œuvre : Représenté en 1950, La Cantatrice chauve est la première pièce de théâtre d’Ionesco. Il s’agit d’une œuvre courte composée de 11 scènes mettent en scène 6 personnages dont le couple principal, M. et Mme Smith. Sans intrigue véritable, la pièce parodie les règles du théâtre classique et fonctionne sur le non-sens et l’absurde.
Extrait : Ionesco compose sa pièce de façon classique, les scènes s’achèvent avec l’entrée ou la sortie des personnages. Scène 2 : Mary, la bonne, laisse place à Martin scène 3, les 2 couples se rencontrent scène 7 et resteront ensemble le reste de la pièce. Lors de ce face à face, Ionesco met en scène un combat des sexes, qui va démontrer à quel point le langage, en apparence cohérent, peur être vide de sens.


Lecture du texte


Annonce des axes du commentaire


Commentaire littéraire

I. Un combat homme vs femme

La conversation entre les Smith et les Martin, dès le début de la scène, se compose essentiellement de banalité et de lieux communs : phrases générales aux sens particulier comme le cœur n’a pas d’âge. La répétition de la sonnette introduit une dispute qui va séparer les couples. Les Smith poursuivent leur chemin de couple stéréotypé ici en pleine dispute de ménage. Mme Smith a un ton autoritaire et des paroles marquées par les négations et l’utilisation de l’indicatif. Mr Smith poursuit son côté mécanique : répétition de Tiens on sonne, il doit y avoir quelqu'un, il y a quelqu’un. Il n’y a aucun mouvement d’humeur : stoïcisme.
=> Pas d’évolution dans le couple : Mme Smith suit avec cette fois, la présence des Martin. Quand au comportement des Martin, il est calqué sur celui des Smith et éclate aussi pour la sonnette. Mais les rôles se répartissent entre les hommes d’un côté et les femmes de l'autre : dans les dialogues alternance M. Smith /Mme Smith puis M. Martin / Mme Martin qui laisse place à M. Smith /M. Martin puis Mme Smith / Mme Martin. La dispute entre M. Smith et Mme Smith se transforme en opposition Homme/ femme lorsque les personnages en viennent aux généralités et aux faux proverbes.

DONC : à travers une nouvelle situation banale, une sonnerie, une dispute domestique entre maris et femmes, Ionesco illustre le vide des arguments, de la conversation tout en poursuivant sa parodie du théâtre bourgeois dont il reprend les éléments habituels : la querelle entre homme et femme ainsi que la sonnette, qui est une péripétie.


II. Le vide du langage

La dispute homme/femme, née au départ chez les Smith, amène à une réflexion sur le thème "que doit-on penser lorsqu’on sonne à la porte". Mr Smith se base sur son expérience personnelle, d’ailleurs quand il va ouvrir il y a le capitaine des pompier. Mme Smith se base elle aussi sur son expérience récente : "l’expérience nous apprend que…" D’ailleurs par deux fois elle ne trouve personne. Les 2 personnages ont utilisé la logique. Cependant la logique apparente des époux Smith est apparentée à des syllogismes d’autant que la situation dément les hypothèses. Ici chaque personnage peut vérifier sa propre théorie uniquement : Mme Smith ne trouve personne, Mr Smith "How do You do". La question sera résolue par le capitaine scène 8 : des fois il y a quelqu'un, d’autre fois, il n’y a personne.

DONC : Le débat, en apparence reposant sur des mécanismes de pensée précis : déduction/expérience parvient à une conclusion absurde : pas de fond à la réflexion.




Conclusion

Cet extrait de La Cantatrice chauve illustre deux des nombreuses ambitions de Ionesco : parodier les codes du théâtre traditionnel, ici avec un combat homme/femme stéréotypé, et démontrer le vide du langage, ici une logique dans l’expression qui débouche sur l’absurde.





Retourner à la page sur l'oral du bac de français !


Merci à Romain qui m'a envoyé cette fiche