Vieille chanson du jeune temps

Victor Hugo - Les Contemplations - 1856





Plan de la fiche sur Vieille chanson du jeune temps de Victor Hugo :
Introduction
Texte du poème Vieille chanson du jeune temps
Annonce des axes
Commentaire littéraire
Conclusion


Introduction

Victor Hugo (1802 - 1885)
En 1821 il fonde avec ses frères Le conservateur Littéraire qui le fait reconnaître des milieux littéraires. Ses premiers succès poétiques lui viennent avec « Odes » en 1822. Après la mort de sa fille, il se tait, semblant préférer à la littérature une carrière politique. Le coup d'état de Napoléon Bonaparte le contraint à la fuite dans les îles anglo-normandes. Son exil nourrit l'ardeur de son inspiration, il écrit Les châtiments, Les contemplations, La légende des siècles.
Hugo fait partie du mouvement littéraire romantique.

Les contemplations sont un recueil de 158 poèmes rassemblés en 6 livres que Victor Hugo a publié en 1856. Il est considéré comme le chef-d'œuvre lyrique de cet auteur. La plupart de ces poèmes ont été écrits entre 1841 et 1855. Mais les poèmes les plus anciens de ce recueil datent de 1834. Les Contemplations sont un recueil du souvenir, de l'amour, de la joie mais aussi de la mort, du deuil.

Dans cette Vieille Chanson du jeune temps, Victor Hugo évoque une promenade dans les bois, en compagnie d'une jeune fille de vingt ans, Rose. Le poète qui n'a encore que seize ans ne saisit pas l'invitation à l'amour que lui adresse sa compagne. Et le poème s'achève sur le regret d'une occasion manquée.

Vieille Chanson du jeune temps est un poème très célèbre des contemplations. A la fois parce qu'il illustre de manière originale un thème classique, la rencontre amoureuse, et parce qu'il traduit un aspect de romantisme : rencontre d'une jeune fille dans la nature. C'est ici un lyrisme heureux, sensuel.
Les thèmes du poème sont : la nature (Rose et elle ne fait qu'un, d'ailleurs elle a le nom d'une plante), l'autodérision, la sensualité.
Ce poème est constitué de quatrains d'heptasyllabes en rimes croisées.
Ce poème est plein d'ironie.

Exemple de problématique : Quelle relation entre la poésie et la chanson ? Il s'agit de mettre en évidence le lien entre les deux et particulièrement les effets musicaux dans la poésie.


Texte du poème Vieille chanson du jeune temps


Télécharger Vieille chanson du jeune temps - Hugo en version audio (clic droit - "enregistrer sous...")
Lu par Ariane - source : litteratureaudio.com

Vieille chanson du jeune temps


Je ne songeais pas à Rose ;
Rose au bois vint avec moi ;
Nous parlions de quelque chose,
Mais je ne sais plus de quoi.

J'étais froid comme les marbres ;
Je marchais à pas distraits ;
Je parlais des fleurs, des arbres
Son œil semblait dire: "Après ?"

La rosée offrait ses perles,
Le taillis ses parasols ;
J'allais ; j'écoutais les merles,
Et Rose les rossignols.

Moi, seize ans, et l'air morose ;
Elle, vingt ; ses yeux brillaient.
Les rossignols chantaient Rose
Et les merles me sifflaient.

Rose, droite sur ses hanches,
Leva son beau bras tremblant
Pour prendre une mûre aux branches
Je ne vis pas son bras blanc.

Une eau courait, fraîche et creuse,
Sur les mousses de velours ;
Et la nature amoureuse
Dormait dans les grands bois sourds.

Rose défit sa chaussure,
Et mit, d'un air ingénu,
Son petit pied dans l'eau pure
Je ne vis pas son pied nu.

Je ne savais que lui dire ;
Je la suivais dans le bois,
La voyant parfois sourire
Et soupirer quelquefois.

Je ne vis qu'elle était belle
Qu'en sortant des grands bois sourds.
"Soit ; n'y pensons plus !" dit-elle.
Depuis, j'y pense toujours.

Victor Hugo - Les Contemplations


Vieille chanson du jeune temps


Vocabulaire :
Le taillis : petit arbre bas et espacé
Le rossignol : petit oiseau représentant l'amour.
Le merle : on dit qu'il ne chante pas mais qu'il siffle (ici il siffle le narrateur et sa naïveté)



Paysanne avec des oies au bord de l'eau - Morisot
Paysanne avec des oies au bord de l'eau, 1893
Berthe Morisot (1841-1895)



Annonce des axes

I. Un regard plein d'autodérision
1. Deux portraits contradictoires
2. Les codes amoureux
3. Une expression de regrets

II. Eloge de la nature et de la femme
1. Le registre lyrique : expression des sentiments, louanges
2. Les paysages romantiques
3. La chanson poétique



Commentaire littéraire

I. Un regard plein d'autodérision

Ce poème est un regard plein d'autodérision de Victor Hugo, l'homme mûr, sur le jeune homme encore un peu adolescent qu'il était. Ce poème est fait pour faire sourire le lecteur.


1. Deux portraits contradictoires

Le poème raconte tout simplement une histoire d'amour qui n'a pas eu lieu. Hugo dresse le portrait de deux personnages qui n'ont rien en commun et pas la maturité : Un jeune homme et une jeune femme se promènent ensemble dans un bois.

Le chiasme des deux premiers vers « Je ne songeais pas à Rose ; / Rose au bois vint avec moi ; » montre dès le début du poème la contradiction entre les deux personnages : Rose s'intéresse au narrateur, mais le narrateur ne pense pas à Rose.

Nous possédons quelques renseignements sur cette dernière : elle se nomme « Rose », sait-on dès le premier vers, elle a vingt ans (vers 14), le « bras blanc » (vers 20) et le pied « petit » (vers 27).

Rose :
Plus vieille de 4 ans que le narrateur.
Une description physique plus étendu que celle du narrateur.
- « Droite sur ses hanches » -> assurance
- « Beau bras »
- « Rose… mit… son petit pied dans l'eau pure. » -> prend du plaisir à la promenade.
- « La voyant parfois sourire »
- « Son œil semblait dire : "Après ?" » <- prouve qu'elle dans l'attente de quelque chose de la part du narrateur. Elle lui envoie des signaux.

Le narrateur :
« j'étais froid comme les marbres »
« je marchais à pas distraits » -> rêveur et non présent dans la scène, il n'est pas présent mentalement avec Rose.
« l'air morose »
« je ne vis pas… » le narrateur ne reçoit pas les messages de Rose

Le narrateur, Victor Hugo lui-même sans doute, n'a que « seize ans » (vers 13), et semble mélancolique, peu intéressé par ce qui se passe autour de lui ; il a « l'air morose » (vers 15).
Le contraste entre les deux personnages est flagrant dans les 2 vers « Moi, seize ans, et l'air morose ; / Elle, vingt ; ses yeux brillaient ». La construction parallèle de ces vers souligne l'opposition entre les personnages.

Durant toute la promenade, le narrateur parle ; il est le sujet de tous les verbes de parole : « parler » évidemment (vers 3, régit par un « nous » dans lequel, pour la seule fois du texte, Rose est intégrée ; vers 7), « dire » (vers 29).
Les propos tenus sont des banalités : « des fleurs, des arbres » (vers 7). Le vers 4 montre que les propos n'ont pas d'importance : « je ne sais plus de quoi [nous parlions]. »
Par ailleurs, le narrateur semble se déplacer sans cesse, puisqu'il est également caractérisé par des verbes de mouvement, comme « marcher » au vers 6, « suivre » au vers 30 et « sortir » au vers 34.

Le narrateur est le seul à parler et à ce discours bavard, Rose oppose des regards, des sourires et des soupirs, mais surtout des gestes (levant sont bras, enlevant sa chaussure et mettant son pied dans l'eau…). Elle attend que le narrateur la remarque.
-> un narrateur pas du tout dans l'action. Ce qui provoque une réaction chez le narrateur/ écrivain, Victor Hugo qui se moque de lui et de sa jeunesse naïve.

-> Cette incompréhension entre Rose et Hugo (jeune) fait sourire le lecteur.


2. Les codes amoureux

Ce qui fait sourire c'est la communication ratée entre les deux. Un « quiproquo » à cause d'une mauvaise interprétation des signes.

Le vers 14 nous dit que « ses yeux brillaient » : c'est parce qu'elle a très envie de séduire le jeune homme avec lequel elle se trouve. C'est pour cette raison que, sous prétexte de cueillir une « mûre » à une branche élevée, ou de se rafraîchir, elle montre son bras et son pied dénudés.

Rose est une jeune fille donc à l'époque elle ne pouvait pas déclarer sa flamme au jeune homme. Elle fait donc tout pour le lui faire comprendre : elle communique avec le regard, se met en valeur (montre son bras, trempe son pied…). L'allitération en [p] dans « Son petit pied dans l'eau pure » imite le bruit du pied tapant sur l'eau pour se faire remarquer.
Enfin quand Rose voit que ça ne marche pas, elle est partagée entre rire de la situation et l'épuisement. C'est une occasion manquée.


3. Une expression de regrets

Le jeune-homme ne remarque rien, ne se rend nullement compte des manœuvres de séduction de sa compagne. Vers 4, 20 et 28 : l'utilisation de la forme négative pour exprimer le comportement d'Hugo montre son incompréhension. « Je ne vis pas son bras », « je ne vis pas son pied nu », pour finir par « je ne vis qu'elle était belle » -> il ne comprend qu'au moment où ils sortent du bois, et c'est trop tard. Ces bois sont d'ailleurs qualifiés de « sourds », comme le fut Hugo aux signes de Rose.

La fin du poème est marquée par la reprise en chiasme des deux premiers vers par les deux derniers : le vers 35 a pour sujet Rose, comme le vers 2, et le premier ainsi que le dernier sont consacrés aux pensées (ou aux non-pensées) du jeune homme. Mais ce chiasme se redouble d'une inversion des négations ; au premier quatrain, c'est le jeune homme qui « ne [songe] pas à Rose », au dernier c'est Rose qui dit à elle-même « n'y pensons plus » .
Le poème se termine par le mot « toujours » pour montrer que les regrets du poète seront éternels.
Le « nous », présent au début du texte, alors que le couple semble encore possible, disparaît ensuite.

Ce qu'Hugo n'a pas vu à l'époque (la beauté de Rose, ses tentatives de séduction), il le reconstruit dans le souvenir. Cette reconstruction est exprimée dès le titre par l'antithèse entre « vieille » et « jeune ». L'écriture permet d'atténuer les regrets.


II. Eloge de la nature et de la femme

Victor Hugo nous montre une vision romantique de la nature, berceau d'une idylle ratée.


1. Le registre lyrique : expression des sentiments, louanges

Le poème donne une voix aux regrets de Hugo, et, écrit des années après les faits qui y sont racontés, il permet à Hugo d'épancher sur un registre lyrique une douce mélancolie.

- Nous avons donc affaire ici une louange de la femme et de la nature.

D'abord, louange de la femme : Rose
- « belle » (vers 33) dans son physique (la blancheur de son bras, teint qui fait partie des canons de la beauté féminine jusqu'au début du XXème siècle, la petitesse de son pied) et dans son attitude « droite », féminine, courageuse, elle prend des risques avec la morale ; émue et émouvante (son « bras tremblant », ses efforts inutiles).

Ensuite louange de la nature :
- belle (« rosée », « parasols)
- personnifiée (« perles », « offrait », « courait »)
- asile idéal pour les amoureux, car il leur procure l'intimité (« parasols », « bois sourds », douceur des « mousses de velours »)
- Même la nature est amoureuse : une nature qui invite à l'amour.
Elle fait tout ce qu'elle peut pour leur être agréable.
C'est le printemps, la nature reverdit (fleurs, mousse…) donc le moment des amours.
« les merles me sifflaient » -> ils se moquent du narrateur
« les rossignols chantaient »


Enfin La correspondance entre la femme et la nature :
- Elles se ressemblent (le nom de Rose et la fleur, elles sont belles toutes les deux).
- Le personnage de Rose personnifie la nature : son nom, la syllabe Rose est habillement dissimulé dans le poème : « rosé », « morose », « rossignol »…
- La nature est complice de Rose : les oiseaux expriment ses sentiments et commentent la situation de son point de vue (Le rossignol et le merle prennent part au débat) ; les éléments naturels lui donnent l'occasion de révéler son corps ; elle apparaît comme une nymphe des bois (dryade) et des rivières (naïade).
- Les éléments naturels : Rose ne parle pas mais se manifeste tout comme la nature -> bras tremblant comme les branches d'un arbre, une continuation des branches du mûrier ; les rimes montrent le rapprochement entre Rose (« hanches ») et la nature (« branches »).
- La nature est amoureuse comme Rose : le printemps : saison de l'amour : vers 23 « Et la nature amoureuse »


2. Les paysages romantiques

Les romantiques aiment les paysages de nature grandiose. Ou bien les tempêtes ou un paysage qui porte à la rêverie.
Pour eux le paysage traduit l'intérieur des personnages. Il renvoie ce que nous sommes à l'intérieur.
Hugo montre qu'il est important d'être en harmonie avec la nature. Pour lui la nature nous parle, à nous de l'écouter.
-> Hugo jeune parle parle mais d'une conversation creuse, contrairement à la nature et à Rose qui eux ne parlent pas mais expriment beaucoup par leurs gestes.

« Une eau courait, fraîche et creuse, / Sur les mousses de velours » -> invitation à s'arrêter.

-> Le poème illustre bien la relation entre le poète et la nature. Maintenant il interprète les signes et leur donne un sens.


3. La chanson poétique

Dans cet éloge de la nature, le poème se rapproche d'une chanson.

- Forme cyclique comme de nombreuses chansons car il commence par « songeais » et se finit par « pense ». De plus, au début du poème, ils entrent dans le bois et à la fin ils en sortent.
A l'issue de cette promenade, le jeune Hugo a été « déniaisé ».

- Le Titre : « Vieille chanson du jeune temps » -> Antithèse de vieille et jeune

- Chanson poétique : les poètes romantiques sortent la poésie du cadre du sonnet, de l'alexandrin, des rimes masculines et féminines. Ils veulent plus de liberté, c'est certainement pour cela qu'il a appelé ce poème chanson.

- Ce poème se rapproche de la chanson au sens comique car elle fait sourire. Elle divertit en opposition aux poèmes moraux, et fait l'éloge de la nature grâce au lyrisme.





Conclusion

        Le poème Vieille chanson du jeune temps symbolise le lyrisme romantique de l'époque de Victor Hugo par son caractère mélodieux qui le rapproche de la chanson et de par son éloge de la nature et de la beauté de la femme. Il reprend un thème classique : la rencontre amoureuse mais Hugo le tourne en dérision par l'intervention de la nature et de commentaires du narrateur, ayant grandit, sur son expérience passée.

        L'autre versant du lyrisme romantique est le paysage tourmenté comme par exemple dans Parole sur la dune des Contemplations de Victor Hugo.

Retourner à la page sur l'oral du bac de français 2017 !
Merci à Sylvie pour cette analyse de Vieille chanson du jeune temps de Victor Hugo