Un Corbeau devant moi croasse...

Théophile de Viau - 1621





Plan de la fiche sur Un Corbeau devant moi croasse de Théophile de Viau :
Introduction
Texte du poème
Annonce des axes
Commentaire littéraire
Conclusion




Introduction

    Théophile de Viau est un dramaturge et poète du XVIIème siècle. Il écrit Œuvres poétiques en 1621 dont Un Corbeau devant moi croasse… est extrait. Ce poème baroque est composé de deux dizains d’octosyllabes. Le thème dominant est celui de la mort et du drame -> registre tragique et fantastique.


Texte du poème



Télécharger Un Corbeau devant moi croasse... - Théophile de Viau en version audio (clic droit - "enregistrer sous...")
Lu par Thomas de Châtillon - source : litteratureaudio.com

Un Corbeau devant moi croasse,
Une ombre offusque mes regards,
Deux belettes et deux renards
Traversent l'endroit où je passe :
Les pieds faillent à mon cheval,
Mon laquais tombe du haut mal,
J'entends craqueter le tonnerre,
Un esprit se présente à moi,
J'ois Charon qui m'appelle à soi,
Je vois le centre de la terre.

Ce ruisseau remonte en sa source,
Un bœuf gravit sur un clocher,
Le sang coule de ce rocher,
Un aspic s'accouple d'une ourse,
Sur le haut d'une vieille tour
Un serpent déchire un vautour,
Le feu brûle dedans la glace,
Le Soleil est devenu noir,
Je vois la Lune qui va choir,
Cet arbre est sorti de sa place.

Théophile de Viau




Annonce des axes

I. La mort et le malheur se trouvent sur le chemin du poète (= thème baroque)
1. Les animaux
2. Le monde des morts ou de la mort
3. Les enfers : le royaume des morts

II. Aucune loi physique ou naturelle n'est respectée dans la seconde strophe
1. Confusion totale des lois naturelles
2. Confusion des espèces
3. Confusion des 4 éléments : eau, terre, feu, air



Commentaire littéraire

I. La mort et le malheur se trouvent sur le chemin du poète (= thème baroque)

Les signes du malheur sont nombreux ; c’est l’accumulation (neuf présages).

1. Les animaux

L'animal règne dans tout le poème « serpent », « aspic », « Cheval », « Ours », « Deux belettes et deux renards »...

Connotation du malheur ou de la mort, cri désagréable du corbeau par une allitération en [c] et [r] (« Un Corbeau devant moi croasse »).
« Deux belettes, deux renards » au vers 3 a une connotation diabolique.
« Une ombre offusque mes regards » au vers 2 et « Deux belettes et deux renards/ Traversent l'endroit où je passe » aux vers 3 et 4 : l'auteur est sollicité de toutes parts.


2. Le monde des morts ou de la mort

Champ lexical de la mort, qui rend le poète impuissant.
Le mot « ombre » nous fait penser à un fantôme, un mort, un spectre.
Le mot « esprit » connote l’au-delà.
Le mot « Charon » nous ramène au batelier des enfers.
L’expression « le centre de la terre » désigne les enfers.


3. Les enfers : le royaume des morts

L’enfer : le monde du mal et du malin.


II. Aucune loi physique ou naturelle n’est respectée dans la seconde strophe

1. Confusion totale des lois naturelles

Haut/bas, chaud/froid : antithèse
« Un bœuf gravit sur un clocher » au vers 12

Effet de retour en arrière par « Ce ruisseau qui remonte en sa source » au vers 11.


2. Confusion des espèces

« Un aspic s'accouple d'une ourse » au vers 14 + « Un serpent déchire un vautour » au vers 16


3. Confusion des 4 éléments : eau, terre, feu, air

« Le feu brûle dedans la glace » au vers 17 + « Le soleil est devenu noir » au vers 18 = Antithèses représentant le monde à l'envers.

Confusion des astres : oxymore + antithèse (lune/soleil).

Confusion et mélange sont les caractéristiques du monde de Viau. Mais l’évocation est très ordonnée et organisée, finement pensée et réalisée :
        - alternance parfaite des rimes
        - 4 vers comportant des rimes embrassées
        - 2 vers au milieu, de rimes suivies
        - 4 vers de rimes embrassées




Conclusion

    Les thèmes baroques : mort, malheur, renversement et impression de frissonnement de la vie nous renvoie à un poème fantastique ou une parodie baroque.
    À travers ce poème, le poète nous montre un monde bouleversé et inconstant, dans lequel l'être humain n'a plus sa place. Théophile de Viau à lui même été "victime" de cette inconstance en changeant plusieurs fois de religion (protestant, catholique, athée puis il sera même libertin), et en vivant les guerres de religions.

Retourner à la page sur l'oral du bac de français 2017 !
Merci à Aurore pour cette analyse de Un Corbeau devant moi croasse de - Théophile de Viau