La rime et l'harmonie



QCM pour tester vos connaissances
Plusieurs quizz pour tester vos connaissances

Différents types de rime :

AABB : rimes plates ou suivies
Dans la plaine les baladins
S'éloignent au long des jardins
Devant l'huis des auberges grises
Par les villages sans églises

         extrait de : Saltimbanques - Guillaume Apollinaire


ABAB : rimes croisées
Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle
Sur l'esprit gémissant en proie aux longs ennuis,
Et que de l'horizon embrassant tout le cercle
II nous verse un jour noir plus triste que les nuits;

         extrait de : LXXVIII - Spleen - Charles Baudelaire


ABBA : rimes embrassées
Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées;
Mon paletot soudain devenait idéal;
J'allais sous le ciel, Muse, et j'étais ton féal;
Oh! là là! que d'amours splendides j'ai rêvées!

         extrait de : Ma Bohème - Arthur Rimbaud



Richesse de la rime :

La rime pauvre : 1 seul phonème (= son) en commun      exemple : maman, paon
La rime suffisante : 2 phonèmes en commun                  exemple : échelle, belle
La rime riche : 3 phonèmes en commun                          exemple : masque, fantasque



Rimes masculines / féminines :

La rime féminine se termine par un "e" muet, elle est plus douce.
La rime masculine est plus dure.

L'alternance des rimes masculines / féminines était la règle jusqu'au XXème siècle. Au XXème siècle, Aragon et Apollinaire ne respèctent plus ces règles. Aragon propose l'alternance des rimes consonantiques et vocaliques.
Je suis à toi Je suis à toi seule J'adore                  -> rime féminine
La trace de tes pas le creux où tu te mis
Ta pantoufle perdue ou ton mouchoir Va dors     -> rime masculine
Dors mon enfant craintif Je veille c'est promis
                                                      Aragon

J'errai, je parcourus la terre avant la vie ;
Et, tout enfant encor, les vielliards recueillis
M'écoutaient racontant, d'une bouche ravie,
Mes jours si peu nombreux et déjà si remplis !
                                                      Hugo

Vers 1 et 3 : rimes féminines, 3 phonèmes (a-v-i)     -> rimes riches
Vers 2 et 4 : rimes masculines, 1 phonème (i)     -> rimes pauvres


Diérèse et synérèse :

On parle de diérèse et la synérèse en cas de diphtongue (collusion de deux voyelles distinctes).

- On fait la diérèse lorsqu'on prononce distinctement les deux sons des voyelles, prononçant ainsi deux syllabes.
- On fait la synérèse lorsqu'on ne prononce pas distinctement les deux sons des voyelles, ne prononçant ainsi qu'une seule syllabe.

          Exemple : prononciation de "une liaison"
                    En faisant la diérèse : une [li][ai]son -> 3 syllabes
                    En faisant la synérèse : une [liai]son -> 2 syllabes



Hémistiche et césure :

L'hémistiche est la moitié d'un vers. Il est marqué par une césure.

Exemple : Qui n'a pu l'obtenir || ne le méritait pas (Pierre Corneille, Le Cid)


Harmonie sonore :

Dans la langue parlée, le style linguistique est arbitraire. Il n'y a pas de rapport naturel entre le sens des paroles et les sonorités. La langue poétique lutte contre cet arbitraire. Elle s'efforce de donner une valeur représentative, des relations entre les sonorités. Les effets sonores produisent du sens. Dans l'analyse d'un poème, il faut définir le sens produit par les sonorités.

            Le roulement des chars, le sifflement des balles. (Hugo)   -> sifflement : mime le bruit de la balle


Certaines voyelles sont aigues ou graves, claires ou sombres. Voyelles aigues : i, u, é, ê...
Voyelles graves : o, ou, on...
Les consonnes peuvent être douces ou dures.

Les occlusives (=dures) :

  sourdes sonores
labiales p b
dentales t d
guturales c g


Les constrictives/fricatives (= douces)

f, v, ch, j, s, z...


L'allitération est la répétition d'une consonne ou d'un groupe de consonnes dans un vers (aboli bibelot).
L'assonance est la répétition d'une voyelle (Et la source sans nom qui goutte à goutte tombe - Hérédia).




Remarques sur la lecture d'un poème :

Respectez le rythme des vers. Attention aux e muets, aux diérèses, aux enjambements.

Rappelons ici au sujet des e muets que toute syllabe contenant un e muet compte pour un pied si le e se trouve devant une consonne ou un h aspiré. Il faut alors prononcer distinctement le e.
La diérèse se rapporte à deux voyelles que l'on prononce de manière à en faire deux syllabes au lieu d'une. Par exemple, violon peut être prononcé vio-lon (2 pieds) ou vi-o-lon (3 pieds, c'est une diérèse).
L'enjambement se rapporte à deux vers consécutifs qui doivent être lus sans discontinuité, comme s'il s'agissait d'un seul vers. Par exemple :
           Petit-Poucet rêveur, j'égrenais dans ma course
           Des rimes. Mon auberge était à la Grande-Ourse.
                          Ma bohème, Rimbaud


   Lu par René Depasse - source : litteratureaudio.com



Longueur des strophes et des vers :

Nombre de vers 2 3 4 5 6
Nom de la strophe distique tercet quatrain quintil sizain


Nombre de syllabe 5 6 7 8 10 12
Nom du vers pentasyllabe hexasyllabe heptasyllabe octosyllabe décasyllabe alexandrin



A voir aussi :
          - Lire un poème à voix haute
          - Les formes poétiques fixes
          - Les formes poétiques modernes


  Pour finir, voici un petit QCM pour tester vos connaissances :

<a href="http://www.bordas.com/soutien-scolaire-a-domicile.html">Soutien scolaire, Cours particuliers a domicile</a>, evaluer son niveau: 1ere-l - francais. Un professeur membre de la communaute Bordas Soutien Scolaire a elabore ce QCM.



Retourner à la page sur l'oral du bac de français !
Retourner à la page sur l'écrit du bac de français !