Le Vieillard et les trois jeunes hommes

Jean de la Fontaine

Les Fables - XI, 8





Compétences demandées

Connaître les caractéristiques de la fable (ou apologue).
Connaître la biographie de l’auteur.
Avoir quelques notions de versification et de prosodie.
Pouvoir parler du stoïcisme et de l’épicurisme
Tradition antique de l’inscription funéraire
Savoir ce qu’est une épitaphe.
      • Du grec epi « sur » et taphos « tombe ». Inscription funéraire.
      • Genre littéraire en vers dans l’Antiquité à visée didactique qui insiste sur la fragilité de la vie ou qui chante l’éloge du mort.
      • L’épitaphe se présentait sous forme de dialogue avec le passant qui était apostrophé : « Arrête, voyageur et lis… » et pouvait s’apparenter à un mement mori.
      • L’épitaphe reprend ici aussi une tradition satirique qui transforme l’épitaphe en épigramme et raille le mort ; exemple d’épitaphe concernant Robespierre : « Passant ne pleure pas ma mort/ Si je vivais tu serais mort. ».
Voir l’intérêt du titre.
      • Mise en relief d’un déséquilibre par rapport à l’âge et au nombre ; le lecteur ne peut qu’être surpris par le déroulement du récit.

Importance du thème de la mort, de la fragilité de la vie et du destin dans les fables étudiées et dans les fables en général (penser à l’Ecclésiaste « vanitas vanitatum et omnia vanitas » aux Vanités en peinture).

Reconnaître le discours indirect libre.


Introduction

- Présentation générale de Les Fables.
- Présentation du livre XI : comprend neuf fables ; en vieillissant, La Fontaine a tiré de son épicurisme la sagesse la plus haute. L’approche de la mort inspire à l’auteur une fable empreinte d’humanisme et une réflexion métaphysique donnant à voir à travers le personnage du vieillard un art de mourir généreux et désintéressé.
- Réflexion sur le titre Le Vieillard et les trois jeunes hommes : il met en relief une fois encore un rapport de force déséquilibré et l’ affrontement suggéré semble devoir se faire au détriment du plus fragile.
- L’horizon d’attente du lecteur va être donc pris à revers et ainsi la leçon être plus profitable.



Lecture de la fable



Télécharger Le Vieillard et les trois jeunes hommes en version mp3 (clic droit - "enregistrer sous...")
Lu par René Depasse - source : litteratureaudio.com

Le Vieillard et les trois jeunes Hommes

Un octogénaire plantait.
Passe encor de bâtir ; mais planter à cet âge !
Disaient trois jouvenceaux, enfants du voisinage ;
Assurément il radotait.
Car, au nom des Dieux, je vous prie,
Quel fruit de ce labeur pouvez-vous recueillir ?
Autant qu'un Patriarche il vous faudrait vieillir.
A quoi bon charger votre vie
Des soins d'un avenir qui n'est pas fait pour vous ?
Ne songez désormais qu'à vos erreurs passées :
Quittez le long espoir et les vastes pensées ;
Tout cela ne convient qu'à nous.
- Il ne convient pas à vous-mêmes,
Repartit le Vieillard. Tout établissement
Vient tard et dure peu. La main des Parques blêmes
De vos jours et des miens se joue également.
Nos termes sont pareils par leur courte durée.
Qui de nous des clartés de la voûte azurée
Doit jouir le dernier ? Est-il aucun moment
Qui vous puisse assurer d'un second seulement ?
Mes arrière-neveux me devront cet ombrage :
Eh bien défendez-vous au Sage
De se donner des soins pour le plaisir d'autrui ?
Cela même est un fruit que je goûte aujourd'hui :
J'en puis jouir demain, et quelques jours encore ;
Je puis enfin compter l'Aurore
Plus d'une fois sur vos tombeaux.
Le Vieillard eut raison ; l'un des trois jouvenceaux
Se noya dès le port allant à l'Amérique ;
L'autre, afin de monter aux grandes dignités,
Dans les emplois de Mars servant la République,
Par un coup imprévu vit ses jours emportés.
Le troisième tomba d'un arbre
Que lui-même il voulut enter ;
Et pleurés du Vieillard, il grava sur leur marbre
Ce que je viens de raconter.

Jean de la Fontaine - Les Fables


Annonce des axes

1. Une joute verbale
2. une fable philosophique



Etude

Etudier la composition de la fable.
• V. 1. Ouverture : octosyllabe qui présente une action simple et tranquille.
    - Ponctuation forte, point à la fin du vers, qui installe le lecteur dans un univers serein.
• V. 2. Réaction brutale sous forme d’alexandrin.
    - Le discours des jeunes gens est provoqué par un spectacle qu’ils jugent incongru (v. 1).
    - V. 3. Le narrateur prend implicitement parti en faveur du vieillard : « jouvenceaux ».
    - V. 4. Discours indirect libre.
• V. 5-12 : longue tirade des « jouvenceaux » (8 vers).
• V. 13-27 : plus longue tirade du vieillard (15 vers).
    - V. 13. Vivacité d’esprit du vieillard : répétition quasiment littérale de leur dernière phrase, avec négation -> sens de la répartie.
    - V. 14. Pause à l’hémistiche, qui augmente l’intensité de sa parole.
    - V. 26-27. Il conclut par deux octosyllabes qui reprennent le même rythme sec et rapide du début de son discours (v. 12-13) et font aussi écho au premier vers, octosyllabe décrivant son action (« un octogénaire plantait »).
• V. 28-34 : récit de la mort des trois jeunes hommes.
• V. 35-36 : révélation finale (la fable est une épitaphe).

Etudier les rimes.
• V. 1 et 3. « plantait » / « radotait » : qu’un octogénaire plante serait un acte absurde, signe de sénilité.
• V. 6 et 7. « recueillir » / « vieillir » : les jeunes gens considèrent les deux termes comme antithétiques.
• V. 9 et 12. « vous » / « nous » -> le vieillard est exclu du monde, poussé déjà hors de la vie : l’avenir n’est pas fait pour lui (v. 9), mais est réservé aux jouvenceaux (v. 12).
• V. 27 et 28. « tombeaux » / « jouvenceaux » -> la mort des jeunes gens est annoncée.
• V. 23-25 : rimes en [i] et répétition du son [i] (« plaisir d’autrui », « fruit », « aujourd’hui », « j’en puis jouir ») -> gaieté, joie profonde.

Etudier l’énonciation.
• V. 1 et 3. Opposition de termes antithétiques : « jouvenceau » / « octogénaire » -> met en avant la jeunesse des personnages, ce qui va rendre leur discours d’autant plus insolent.
Discours direct, indirect et indirect libre (v. 4) se mêlent -> vivacité des débats et des exclamations de leur conversation.
• Modalités exclamatives (v. 2) et interrogatives (v. 6, 8-9) -> questions rhétoriques soulignant l’inutilité des efforts du vieillard alors que la mort est si proche.
• V. 2 : première remarque des jouvenceaux formulée de manière impersonnelle -> le vieillard est écarté de la conversation.
• V. 4 : même effet, produit par l’emploi de « il » (discours indirect libre) -> à nouveau, les jouvenceaux, complices, maintiennent le vieillard hors de la conversation.
• V. 6 : « fruit » est compris par les jeunes hommes dans son sens le plus concret ;
• V. 24 : le même terme (« fruit ») est repris par le vieillard avec cette fois une connotation poétique.
• V. 10 et 11. Modalité injonctive (« ne songez … qu’à », « quittez ») -> impertinence pleine de mépris.
• V. 13. Négation (« il ne convient pas ») -> le vieillard réfute les arguments des jeunes hommes.
• V. 16-17. « Vos jours (…) les miens (…) également », « nos (…) pareils » ->à l’opposition « nous » / « vous » (v. 9 et 12), le vieillard répond par une mise à égalité : nous sommes tous également soumis au destin.

Etudier les arguments des personnages.
• V. 6 et 8-9. Questions rhétoriques qui sous-entendent que le vieillard est trop âgé pour pouvoir rien entreprendre.
• V 10-11 modalités injonctives qui condamnent le vieillard à ne plus être ni dans le présent, ni dans l’avenir, mais à évoquer le passé ; la mention des « erreurs passées » évoque une mort proche et les derniers sacrements.
• Arguments du vieillard qui se présentent comme des maximes qui insistent sur la fragilité de la vie (cf. Vanités).
• V. 15-17. Nous sommes tous soumis au destin.
    - Argument prolongé par les questions en vers 18-20.
• V. 22-23. Question rhétorique, non dépourvue d’humour, qui rappelle en écho la question cruelle des jeunes hommes (v. 8-9).
• V. 24. Savoir qu’autrui récoltera les fruits de son labeur est déjà un fruit « que [le Sage] goûte aujourd’hui ».
• V. 26-27. Puisque nul n’est maître de son destin (cf. v. 15-17), il se pourrait que je vous survive.

Montrer qu’il s’agit d’une épitaphe écrite par le vieillard, ce qui fait du narrateur le lecteur de l’histoire.
• Parole prophétique du vieillard : c’est lui qui raconte l’histoire des « jouvenceaux » sur leur pierre tombale (ce qu’il a dit, surtout aux vers 26-27, s’est réalisé).

• Mettre en relief la mort ridicule des trois jeunes hommes.
    - Ridicule accentué par la rapidité de cette mort : passé simple, sept vers qui constituent un sommaire par opposition avec la longueur des discours ;
    - Alors qu’ils avaient chacun de grands projets, leur mort est grotesque (v. 20), sans gloire (v. 32) ou stupide (v. 33-34).
• Le vieillard paraît vengé de leur insolence et de leur arrogance.
• Mais le terme « Pleurés » invalide cette idée : ce n’est pas la loi du talion qui est prôné, bien au contraire ; l’anacoluthe, insiste sur le geste généreux du vieillard ; le verbe graver fait écho au verbe planter ; il s’agit d’œuvrer pour la postérité.

Dégager la morale implicite.



Conclusion

La révélation de la fin - il s’agit d’une épitaphe - donne à ce texte une valeur particulière. C’est comme si nous avions sous les yeux ce qui symbolise le plus concrètement la mort, une plaque sur un tombeau.
En lisant cette fable nous regardons la mort en face. Mais l’alacrité et la vivacité du récit évitent que nous en concevions de la terreur. La Fontaine nous apprend à rester serein devant la mort grâce à la grandeur d’un sage octogénaire. Il incite ses lecteurs à ne pas suivre l’exemple des trois jouvenceaux et à réfléchir sur la fragilité de la vie. La mise en abyme met le narrateur à la fois sur le même plan que le lecteur (il a lu lui aussi l’épitaphe), mais aussi que le vieillard (il écrit lui aussi pour la postérité).





Retourner à la page sur l'oral du bac de français !


Merci à celui ou celle qui m'a envoyé cette fiche